Pour le président Macron, l'anonymat sur Internet nuit à la démocratie

le 22 janvier 2019 à 20h40
0
Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est exprimé devant une assemblée composée de maires et s'est positionné contre l'anonymat, sous toutes ses formes. Selon lui, il faciliterait la propagation de fausses informations, en mettant toutes les paroles sur un pied d'égalité.

Vendredi dernier, à Souillac, dans le cadre du grand débat national, le président Emmanuel Macron s'est attaqué aux fake news. Pour lutter contre ce phénomène, l'État doit, d'après lui, mettre en place « une forme d'hygiène démocratique du statut de l'information ». Qui passerait par la fin de l'anonymat, en particulier sur les réseaux sociaux.


L'anonymat nuirait à la transparence de l'information


Car, pour le chef de l'État, ce statut laisserait penser que « toutes les paroles sont égales ». Alors qu'il faudrait plutôt faire davantage confiance aux propos d'experts, sur chaque sujet. Le président a résumé sa conviction de la manière suivante : « Toutes les expressions sont légitimes, mais les paroles ne se valent pas toutes. »

Conséquence de cette croyance, selon lui : aujourd'hui, « beaucoup d'informations fausses, relatives, décontextualisées circulent », ce qui entraînerait une défiance des individus envers les décideurs politiques.

Pour une meilleure transparence de l'information, Emmanuel Macron estime donc qu'il faut « aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat », pour identifier clairement l'origine de chaque prise de parole.

Une attaque contre la liberté d'expression ?


Comme le relève NextInpact, cette prise de position n'est pas nouvelle pour le président de la République. Il s'était ainsi déjà exprimé contre l'anonymat en novembre dernier, mais plutôt pour lutter contre la criminalité et le terrorisme. Il semble cette fois avoir élargi son propos à tous les citoyens français.

Cette initiative ne serait toutefois pas une première dans le monde. Nos confrères de 01net mentionnent ainsi plusieurs exemples de gouvernements bannissant l'anonymat : Russie, Chine, Venezuela... Des pays souvent pointés du doigt pour un manque de liberté d'expression.

Quoi qu'il en soit, si le président Macron entend lancer un débat sur le sujet, sa conviction affirmée va à l'encontre d'un rapport des Nations Unies en 2015. Celui-ci considérait en effet le chiffrement et l'anonymat comme « nécessaires à l'exercice du droit à la liberté d'opinion et d'expression à l'ère numérique ».
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top