Pour le président Macron, l'anonymat sur Internet nuit à la démocratie

le 22 janvier 2019
 0
Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est exprimé devant une assemblée composée de maires et s'est positionné contre l'anonymat, sous toutes ses formes. Selon lui, il faciliterait la propagation de fausses informations, en mettant toutes les paroles sur un pied d'égalité.

Vendredi dernier, à Souillac, dans le cadre du grand débat national, le président Emmanuel Macron s'est attaqué aux fake news. Pour lutter contre ce phénomène, l'État doit, d'après lui, mettre en place « une forme d'hygiène démocratique du statut de l'information ». Qui passerait par la fin de l'anonymat, en particulier sur les réseaux sociaux.


L'anonymat nuirait à la transparence de l'information


Car, pour le chef de l'État, ce statut laisserait penser que « toutes les paroles sont égales ». Alors qu'il faudrait plutôt faire davantage confiance aux propos d'experts, sur chaque sujet. Le président a résumé sa conviction de la manière suivante : « Toutes les expressions sont légitimes, mais les paroles ne se valent pas toutes. »

Conséquence de cette croyance, selon lui : aujourd'hui, « beaucoup d'informations fausses, relatives, décontextualisées circulent », ce qui entraînerait une défiance des individus envers les décideurs politiques.

Pour une meilleure transparence de l'information, Emmanuel Macron estime donc qu'il faut « aller vers une levée progressive de toute forme d'anonymat », pour identifier clairement l'origine de chaque prise de parole.

Une attaque contre la liberté d'expression ?


Comme le relève NextInpact, cette prise de position n'est pas nouvelle pour le président de la République. Il s'était ainsi déjà exprimé contre l'anonymat en novembre dernier, mais plutôt pour lutter contre la criminalité et le terrorisme. Il semble cette fois avoir élargi son propos à tous les citoyens français.

Cette initiative ne serait toutefois pas une première dans le monde. Nos confrères de 01net mentionnent ainsi plusieurs exemples de gouvernements bannissant l'anonymat : Russie, Chine, Venezuela... Des pays souvent pointés du doigt pour un manque de liberté d'expression.

Quoi qu'il en soit, si le président Macron entend lancer un débat sur le sujet, sa conviction affirmée va à l'encontre d'un rapport des Nations Unies en 2015. Celui-ci considérait en effet le chiffrement et l'anonymat comme « nécessaires à l'exercice du droit à la liberté d'opinion et d'expression à l'ère numérique ».
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Microsoft assure que ses data centers utiliseront 60% d'énergie renouvelable d'ici 2020
Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
scroll top