La vie privée au centre des fuites de données

01 juin 2018 à 15h36
0
La Privacy Rights Clearinghouse, une association spécialisée dans la protection de la vie privée sur Interne0,t met le doigt sur un nombre conséquent de données sensibles égarées. Selon ses comptes, pas moins de 353,8 millions informations sensibles auraient été perdues depuis 2005 aux Etats-Unis par les professionnels. Le calcul s'est fait sur la base du recueil d'articles de journaux ou de sites spécialisés.
00FA000002525498-photo-metal-gear-solid-peace-walker.jpg

En recoupant des informations de l'Open Security Foundation, LeMonde.fr s'inquiète : « la tendance en 2009 et 2010 n'est pas à la baisse. De même, étant donné que la liste n'inclut que les failles rendues publiques, elle n'est pas complète... » C'est donc sur ce point que le sujet semble accrocher. Chaque Etat dispose de sa propre législation en matière d'information sur les fuites informatiques.

Pour prendre un simple exemple, aux Etats-Unis, certains Etats comme le Maine, le Maryland ou New York sont tenus de rapporter toute perte de donnée. Pour autant, la Californie, le Colorado, la Floride ou l'Illinois ne les communiquent que sur requêtes spécifiques. Concernant la France, rien n'existe en la matière. Pourtant les besoins de transparence sont visibles.

Début décembre 2009, une étude du Credoc montrait clairement l'engouement des internautes français pour les réseaux sociaux, mais aussi leurs craintes pour les données personnelles. Ainsi, 82 % des Français interrogés estimaient que les sites de réseaux sociaux devraient mieux protéger la vie privée des utilisateurs. Il semble donc que les internautes soient naturellement sensibles aux directions que prennent leurs informations.

Une solution est avancée depuis peu par le site 123People qui agrège des données sur à peu près toutes les personnes qui écrivent, éditent ou publient sur le Web. Le site explique comment gérer les informations qu'il détient. La solution s'avère lourde puisqu'il est nécessaire de relever les adresses URL vous concernant, une par une, et les envoyer par e-mail via l'interface du site. Sinon, il faut s'inscrire sur le site et faire le tri. Même si 123People propose de « réguler » les données, le site est basé en Autriche et n'est donc pas tenu de suivre la loi française et la Cnil.

Il est donc logique de commencer à voir apparaître des outils permettant de cacher partiellement voire d'effacer ses traces sur les sites communautaires et autres réseaux sociaux. Par exemple certains blogs expliquent qu'avec quelques simples scripts, il est possible de supprimer tout le contenu présent sur Facebook et ainsi disparaitre des yeux du réseau. Un peu comme Snake ou Sam Fisher...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Test Android Froyo 2.2 : les nouveautés de la bêta passées au crible
HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
On Refait le Mac : premières impressions sur l'iPhone 6
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Bonne et heureuse année 2009 à tous !
Platine Kiss DivX Ethernet disponible en France
Ogg Vorbis & Xvid pour la platine DivX de Kiss
Haut de page