Uber, Airbnb & cie, un truc de jeunes aisés ?

24 mai 2016 à 13h46
0

Mais au fait, qui sont les usagers d'Uber, Airbnb et consorts ? Pour la première fois, une étude a été réalisée pour mettre un visage sur les adeptes de « l'économie collaborative ». L'auteur, le sérieux Pew Research Center, a interrogé 4 787 personnes aux États-Unis. Si les enseignements ne sont pas parfaitement transposables à la France, ils ont au moins le mérite d'offrir une vision un peu plus fine de ceux qui font aussi l'« uberisation ».

Si l'on devait dresser un portrait-robot grossier, il s'agirait d'un jeune, diplômé d'études supérieures, gagnant plus de 100 000 dollars par an et habitant dans une grande ville. Sur ce dernier point, il faut dire que beaucoup de ces nouveaux services ne sont devenus possibles que parce qu'ils étaient dans une ville assez dense - c'est le cas par exemple des services de livraison rapide ou des VTC, qui sont plutôt proposées dans les grandes villes.

Un concept peu connu

Dans le détail, l'étude apprend que 39 % des diplômés du supérieur ont déjà utilisé au moins quatre services, mais seulement 8 % pour ceux ayant le bac ou moins. Pour le revenu, 41 % des gens gagnant 100 000 dollars ou plus par an ont aussi utilisé quatre services, mais 13 % des personnes gagnant moins de 30 000 dollars. Enfin, concernant l'âge, 33 % des 18-44 ans ont utilisé quatre plateformes, 44 % des plus de 45 ans ne l'ont jamais fait.


03E8000007323516-photo-chauffeur-priv-vtc-fotolia-44493816.jpg
Si Uber est la tête de gondole de l'« économie collaborative », il masque une forêt d'autres services (livraison de repas, bricolage à domicile...) opérant sur le même mode - Crédit : Uber.


À ces chiffres, il faut ajouter ceux relevant de la connaissance de ces services, et plus largement, du concept d'économie collaborative - qui derrière ce mot assez social, cache en fait une désintermédiation de métiers, où les salariés sont transformés en indépendants, et se retrouvent démunis de la plupart de leurs droits sociaux...

Numérique avant tout

Les trois quarts des Américains interrogés ne connaissent pas l'économie collaborative, et près des deux tiers n'ont jamais entendu parler de financement participatif - qui est devenu une source de financement importante pour les start-up, et dont la taille double chaque année en France, irriguant même le domaine de l'immobilier.
Sur les VTC, tête de gondole de ce secteur, 15 % des gens les utilisent, et la moitié est au fait des débats liés.


Ces débats, ils concernent notamment le statut des chauffeurs. Pour 80 % des usagers d'Uber et consorts, ces services offrent de bons jobs pour ceux qui désirent un travail flexible, et 66 % ont compris que ces chauffeurs étaient indépendants. Enfin, un chiffre interpelle : 58 % voient ces applications comme des sociétés numériques qui connectent juste les conducteurs et les clients. Mais à peine 30 % les perçoivent en sociétés de transport.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Google perquisitionné dans ses locaux parisiens
Un four à micro-ondes portable qui s'invite au camping
Votre compte LinkedIn a-t-il été piraté ?
E3 2016 : un événement ouvert au public en marge du salon
iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
Publicité en ligne : une enquête va s'ouvrir
Pour digérer Alcatel-Lucent, Nokia supprimerait entre 10 000 et 15 000 emplois
Voitures autonomes : les conducteurs sont plus inquiets qu'impatients de les utiliser
Motorola parie sur la mode rétro et réintroduira le Razr à clapet
Les MacBook Pro évolueraient significativement selon les rumeurs
Haut de page