Qu'est-ce que c'est ? Air France lance l'AOKPass, pour livrer une version numérique de votre test Covid

01 mars 2021 à 13h20
6
Cabine Air France © Air France
© Air France

La compagnie aérienne Air France va tester l'équivalent d'un certificat sanitaire électronique à compter du 11 mars, entre Paris et deux des départements d'outre-mer.

La crise de la Covid-19 pousse le secteur aérien à trouver des solutions qui l'aideraient à faciliter la reprise du trafic et à mieux appréhender les nouvelles exigences de voyage. Pour la majorité des déplacements internationaux, il est par exemple désormais obligatoire de présenter un test Covid négatif pour pouvoir embarquer et/ou atterrir dans d'autres régions ou pays du monde. Le résultat de ce test est souvent présenté au format papier, ce qui a tendance à entraîner une vraie perte de temps. Air France a ainsi décidé de lancer sa solution de digitalisation des résultats de tests, baptisée ICC AOKpass, à titre expérimental.

Une application mobile pour faciliter l'authentification du test et gagner du temps

ICC AOKpass prend la forme d'une application mobile qui pourra être présentée par tout voyageur devant satisfaire à l'obligation d'un test Covid négatif. Développé par la filiale d'International SOS, MedAire, qui accompagne l'industrie aéronautique depuis 35 ans avec ses solutions intégrées de santé et de sécurité, l'outil sera disponible sur smartphone .

L'application permettra aux passagers d'enregistrer les résultats de leur test Covid de façon sécurisée, à condition d'avoir réalisé le test dans un laboratoire partenaire de ce dernier, les groupes Cerballiance et Biogroup, très répandus, faisant partie des candidats retenus.

Alors une fois le résultat de votre test entré dans l'application, que se passe-t-il ? Arrivé(e) à l'aéroport, vous n'aurez qu'à directement présenter votre smartphone, plutôt que le test papier. L'ICC AOKpass procèdera alors à la vérification du test. L'application a été prévue pour pouvoir se conformer à n'importe quelle réglementation, le tout grâce à un réseau sécurisé par la technologie blockchain.

Une expérimentation de quatre semaines sur un nombre restreint de vols

L'application AOKpass sera testée dès le 11 mars et ce pour une durée évoquée de quatre semaines par Air France. La compagnie, qui a traversé l'année 2020 presque moribonde, utilisera l'outil sur tous ses vols au départ de l'aéroport Paris-Charles de Gaulle à destination de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, et de Fort-de-France, en Martinique.

Le test ne se fera que sur la base du volontariat. Il permettra de vérifier, en conditions réelles, le bon fonctionnement et surtout la pertinence de l'application. Les avis des voyageurs seront recueillis et pris en compte pour l'avenir. Air France entend justement partager les résultats de cette expérience avec les membres de l'alliance Skyteam, dont elle fait partie.

« L’amélioration et la simplification de l’expérience client sont des priorités permanentes d’Air France. Le test de la solution ICC AOKpass s’inscrit pleinement dans ce cadre et dans la démarche initiée par la mise en place du label Air France Protect », a déclaré Catherine Villar, Directrice expérience client chez Air France, en réaction à cette période de test qui s'ouvre.

Modifié le 01/03/2021 à 14h25
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
6
7
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page