🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Mesures de protection du jeune public chez MySpace ?

01 juin 2018 à 15h36
0
00DC000000446972-photo-logo-myspace.jpg
Fréquentés par des populations relativement jeunes, les réseaux sociaux tels que MySpace ou Facebook risquent fort de se changer en terrains de chasse pour toute une faune de prédateurs sexuels, contre laquelle il convient de prendre des mesures préventives, estiment plusieurs états américains. A l'initiative de MySpace et de quelques procureurs américains, un groupe de travail dédié à ces questions sera prochainement créé aux Etats-Unis. Il envisagera notamment la protection du jeune public face aux menaces que peuvent représenter pour lui l'anonymat permis par les réseaux sociaux.

Détenu par le groupe News Corp. de Rupert Murdoch, MySpace craint que sa responsabilité puisse être engagée lorsqu'une agression sexuelle est commise suite à une rencontre via ses services. Diverses attaques ont déjà été lancées à son encontre après que des jeunes filles ont été agressées par des adultes qui se faisaient passer, en ligne, pour des adolescents de leur âge. En juillet dernier, MySpace avait déjà procédé à la fermeture de 29.000 comptes associés à de potentiels délinquants sexuels.

Réseaux sociaux, associations de protection de l'enfance et autres prestataires de service en ligne seront invités à rejoindre ce groupe de travail, qui fédère par ailleurs 49 des 50 états américains. Les membres devraient réfléchir aux méthodes à mettre en oeuvre pour vérifier l'âge d'un internaute lors de son inscription à ces services. Quels que soient les procédés mis en oeuvre, il parait difficile de totalement circonvenir les délinquants sexuels, qui manifestent généralement un talent certain pour contrefaire une identité.

Les différents acteurs auraient toutefois convenu que le profil d'un internaute âgé de moins de seize ans soit automatiquement réservé à ses contacts et qu'un adulte de plus de dix-huit ans ne puisse ajouter un adolescent à son réseau sans au moins connaitre son nom ou son adresse email, de façon à limiter les rencontres hasardeuses.

L'état du Texas, le seul à ne pas avoir signé l'accord visant à la création de ce groupe, se montre particulièrement sceptique. Pour Greg Abott, son procureur général, il est impossible de prétendre garantir la sécurité des mineurs sans la mise en place généralisée d'un système basé sur la vérification de l'âge de l'internaute. Le Texas a donc refusé de signer cet accord afin de ne pas donner un illusoire sentiment de sécurité à ses administrés, explique encore Abott.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Test Android Froyo 2.2 : les nouveautés de la bêta passées au crible
Le portage de Chromium OS débute pour le Raspberry Pi
HTC One A9 : le faux jumeau de l'iPhone 6
Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
On Refait le Mac : premières impressions sur l'iPhone 6
Platine Kiss DivX Ethernet disponible en France
Ogg Vorbis & Xvid pour la platine DivX de Kiss
Mobinaute lance un comparateur de prix ainsi qu'une boutique en ligne
Comparateur de prix Clubic : du nouveau
Tomb Raider Chronicles: La soluce complète
Haut de page