UneRencontre.com met en demeure DatingWatch.org

Par
Le 26 novembre 2007
 0
00fa000000679068-photo-datingwatch.jpg
Webzine spécialisé dans les sites de rencontres, DatingWatch.org a publié le 13 novembre dernier un article accusant UneRencontre.com, un site créé par Didier Ryckelynck (Fondateur d'EmailJob), de s'appuyer sur de faux membres, salariés d'un sous traitant, afin de pousser les internautes à s'inscrire à sa version premium.

Malgré l'absence de preuve formelle, Youri Regnier, rédacteur de DatingWatch, s'appuie sur un ?faisceau d'indices? pour justifier son accusation : la diffusion d'un reportage de Capital sur M6 consacré aux sites de rencontres évoquant les pratiques litigieuses d'un sous traitant malgache baptisé Ingedata et la mention du site UneRencontre.com parmi les références client d'Ingedata. Une référence qui disparaîtra quelques jours plus tard du site d'Ingedata, suivie d'une mise en demeure d'UneRencontre.com, demandant à DatingWatch.com de retirer son article sous peine d'engager des poursuites judiciaires.

«Il est vrai que nos propos peuvent être poursuivis pour diffamation puisque nous dévoilons un faisceau d'indices démontrant qu'il est vraisemblable que le site unerencontre.com emploie des faux membres pour inciter les personnes à s'abonner ou les dissuader de se désabonner. (...) Mais comme nous aimons à le dire, nous avons tous nos responsabilités. (...) La nôtre, c'est d'oeuvrer pour l'honneteté, l'éthique et la transparence des sites de rencontre. Nous pensons que le concept du site de rencontre est une bonne chose en soi, puisqu'il peut constituer une réponse moderne à la solitude grandissante. (...) Cependant, étant donné le caractère intime et impliquant de la rencontre amoureuse, nous pensons que les sites de rencontre ont un devoir moral, une intransigeance envers eux même à renouveller chaque jour.» écrit Youri Regnier sur son site, pour justifier sa volonté de ne pas se soumettre aux injonctions de UneRencontre.com.

Malheureusement et malgré nos nombreuses relances, Didier Ryckelynck n'a pas souhaité se prononcer sur ces accusations à l'inverse de Marc SIMONCINI, PDG de 40, qui affirme pour sa part ne jamais avoir eu recours à ce type de service pour l'animation du leader européen des rencontres amoureuses.
Modifié le 18/09/2018 à 14h33

Les dernières actualités

scroll top