Patrice MACAR, DreamNex : "nous surfons sur la mode du porno chic"

01 juin 2018 à 15h36
0
Lingerie. L'ensemble du groupe DreamNex attire désormais une audience de 18 millions d'internautes par mois, ce qui nous a permis de réaliser un chiffre d'affaires de 34 millions d'euros et un résultat d'exploitation de 5 millions d'euros en 2006.

JB - Quel rang revendiquez vous sur le segment des sites de commerce électronique français ? Êtes vous surpris de ne pas être comptabilisé par la Fevad ou d'autres organismes du secteur ?

PM - Je ne connais pas notre rang tous secteurs confondus mais nous sommes par contre devenus le premier site dans le secteur du charme. Sur le segment de la VOD, il est également difficile de nous comparer à CanalPlay. Nous avons par exemple 400.000 téléchargements payants par mois mais ceux-ci s'inscrivent d'un modèle de forfait illimité, qui n'existe pas encore dans la VOD grand public.

Effectivement, nous n'avons aucune relation avec la FEVAD. Comme pour les mots clefs érotiques qui ont disparu des classements officiels des grands moteurs de recherche, le charme reste sans doute sulfureux et effraie bon nombre d'organismes professionnels. Notre statut d'entreprise cotée fera peut-être un jour changer les mentalités.

JB - Justement, avez-vous été surpris par l'engouement des investisseurs pour votre société ? Le sexe n'est plus un tabou pour les marchés financiers ?

PM - Nous étions curieux de savoir si les marchés financiers s'intéresseraient à notre société. Malgré quelques appels au boycott, la réunion de présentation de la SFAF a pourtant été un formidable succès avec pas moins de 160 personnes et notre offre initiale a été sur souscrite dix fois. Je pense qu'au-delà de nos activités, les marchés ont compris que la boite était bien gérée, que le secteur était porteur et que son management assumait parfaitement son positionnement.

JB - Votre capitalisation dépasse désormais les 100 millions d'euros. Après les rachats de THINK Multimedia et OPEN AXE , Comptez vous procéder à d'autres fusions acquisitions ?

PM - Absolument, ces deux premières acquisitions ne nous ont pas coûté trop cher et il nous reste encore 10 millions d'euros en cash sans parler de nos titres pour procéder à de nouvelles acquisitions. Notre priorité est désormais de devenir le leader internet européen du charme en nous implantant dans un premier temps en Espagne, Italie et au Royaume-Uni.

JB - Magnétoscope, télévision à péage, minitel, internet.. Le sexe a souvent été un moteur pour les nouvelles technologies. Selon vous, quel sera son futur terrain d'expansion ? La mobilité ? La 3D ?

PM - Nous avons envisagé d'ouvrir un sex shop dans Second Life mais pour le moment, l'audience de ce monde virtuel me semble encore insuffisante. Par contre, nous croyons beaucoup au téléphone mobile. La démocratisation du haut débit et l'arrivée de grands écrans devrait tirer la demande pour les contenus vidéos érotiques et nous devrions très prochainement dévoiler un service adapté à ce nouvel environnement.

JB - Patrice MACAR, je vous remercie.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

  Vanguard  à l'heure de la fusion
Exalead et Lingway se renforcent dans la sémantique métier
Radeon HD 2900 XT 1 Go GDDR4 en approche ?
Video 2.0 : Du nouveau chez Google, Blogger et bientôt chez FlickR
Le FBI lance une chasse aux PC zombies
Quoi de neuf en jeux vidéo ce vendredi ?
Téléphones Sony Ericsson K850i, W960i et W910i
Logiciels grand public: Microsoft arrête Photo
Le X, un marché vendeur dynamisé par Internet
LeGuide.com augmente son capital de 10 millions d'euros
Haut de page