Idoo.com : une troisième vie pour iFrance

18 mai 2007 à 17h11
0
La saga iFrance continue. Né à la fin des années 90 à l'initiative de Marc SIMONCINI -futur patron de Meetic- puis racheté pour la somme record de 180 millions d'euros par Vivendi Universal, le portail iFrance.com avait failli disparaître en juin 2003 suite à sa cession à la société ACC Longue Distance, un liquidateur qui ne disait pas son nom.

Mais en Novembre 2004, un nouveau repreneur se présente : «Nous avons eu beaucoup de problèmes avec ACC et nous avons racheté une société fantôme, dont les effectifs étaient passé de près de 200 pendant la bulle à seulement 4 salariés début 2005. Nous n'avions pas non plus les codes d'accès aux serveurs ni de documentation pour administrer les différents services» explique Joël Mercier, actuel directeur de iFrance SA, de sa nouvelle holding iEurop SAS et ancien consultant dans l'industrie des télécoms.

En quelques semaines, Joël Mercier réunit des fonds auprès de business angels (Georges Cohen, Augustin Rousselet, Pierre Gohon, Igor SCHLUMBERGER, Christian Delgrange, Hussein Sardawi, ...), constitue une nouvelle équipe technique (Pierre Gohon, Cédric Nilly,..), déplace en une nuit ses serveurs au TH2 de Telehouse au cœur de Paris et relance l'administration des services premium, regroupés sous la marque iFrance Pro puis des services grand public (pages perso, messagerie, blog) toujours très populaires en France et en Espagne.

Le repreneur réussit son pari. Les millions de membres reviennent, puis, la fiabilité progressant, se reconnectent jusqu'à plusieurs fois par jour. «L'audience était de 700 000 visiteurs par mois fin 2004 et nous approchons désormais les 12 millions à l'échelle européenne» se félicite Joël Mercier. Ce succès d'audience s'accompagnera également d'un spectaculaire redressement commercial, avec des revenus mensuels passés de 20 000 euros mensuels à plus de 200 000 euros, grâce à de nombreux annonceurs parmi lesquels un certain Marc Simoncini, dont les achats d'espace pour Meetic constitueront début 2005 un réel coup de pouce pour la société, encore convalescente.

Près de deux ans après voir pris les commandes de la société, Joël Mercier s'autorise même en 2006 plusieurs opérations de croissance externe telles que cashcash.fr, un spécialiste du cashback puis WebFever, éditeur de Rentabilisez.com, un site consacré à l'affiliation réunissant une communauté de plusieurs milliers de webmasters. «Le groupe est désormais organisé autour de trois pôles : les portails grand public, monétisés par la publicité, les services aux webmasters, avec partage de revenus et les services BtoB, fournis en mode ASP» explique Joël Mercier.

Mais après deux ans de redressement technique et commercial, le patron d'iFrance entend désormais concrétiser une autre idée un peu folle : défier les grands noms du web américain comme , Google ou Microsoft avec un portail d'envergure européenne. Cette ambition aura un nom : «idoo», une marque déposée en 2000 par Marc Simoncini, rejetée par Vivendi mais qui devrait, plus de 7 ans après, enfin prendre son envol.

Après plusieurs mois de développement par les équipes techniques de iFrance, le nouveau portail iDoo.com ouvre ses portes ce vendredi. Sur le plan des services, iDoo propose dès le lancement les principaux services web : moteur de recherche conçu avec Exalead, nouveau webmail entièrement en flash, blogs et pages perso, réseau social "iDoo Buddy" et même un service d'hébergement de fichiers vidéo digne de YouTube ou DailyMotion.«Nous pensons que les internautes veulent produire du contenu dans un environnement de qualité mais nous serons nous aussi très attentifs à la qualité de leurs contenus, que nous voulons thématiser et mettre en avant afin d'attirer les annonceurs.» se justifie Joël Mercier.

Car non content d'être pratiquement la seule plate-forme à proposer tous ces services web dans un univers cohérent, iDoo devrait surtout se différencier par une réflexion très avancée en matière de monétisation des services et de rémunération. «Nous voulons transformer les idoonautes en entreprenautes» glisse Pascal RAWSIN, directeur de la communication de iEurop, dont la société proposera des "iDoo ads", basées dans un premier temps sur le programme AdSense de Google puis sur n'importe quel autre type de format ou de modèle.

Avec un modèle vertueux basé sur le "user generated content", les revenus publicitaires et les revenus premium, iDoo entend ainsi rapidement s'imposer dans le Top 10 européen et confirmer, à l'instar de Lycos avec sa nouvelle plate-forme Jubii, que le vieux continent est encore capable de bousculer les grands noms du web américain.
Modifié le 18/09/2018 à 14h32
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Mozilla Joey, pour faciliter l'accès au Web mobile
Calibre P8600 : 8600GT overclockée chez Sparkle
Dialog : Santa Rosa, lutte antispam et triche Ipod
  Blizzard lève le voile sur StarCraft II
Quoi de neuf en jeux vidéo ce samedi ?
  Sword Of The New World  se livre un peu plus
Brevets : Linus Torvalds répond à Microsoft
Pub : Microsoft veut s'offrir aQuantive pour 6 milliards de dollars cash
YouTube défie le Pentagone
Protection AACS : une nouvelle clé déjà contournée
Haut de page