Syndication RSS : Microsoft tente le dépôt de brevet

0
Alors que la gestion des flux RSS a récemment fait son apparition dans Internet Explorer 7 et Windows Vista, Microsoft désire se prémunir d'éventuels litiges et tente de déposer deux brevets relatifs à la syndication Web. Deux demandes de brevets viennent d'être rendues publiques par l'organisme en charge de la gestion des brevets aux Etats-Unis, l'USPTO (United States Patent and Trademark Office). Précisons tout de suite que ces demandes n'ont pas encore été acceptées et que rien ne permet à l'heure actuelle d'affirmer catégoriquement qu'elles le seront.

Le 24 juin 2005, Microsoft dévoilait ses projets concernant la syndication RSS (Really Simple Syndication) dans son prochain système d'exploitation, Windows Vista, ainsi que dans la nouvelle mouture d'Internet Explorer, la version 7.0... sans préciser qu'il avait déposé trois jours auparavant, soit le 21 juin 2005, les deux demandes de brevets qui viennent d'être rendues publiques par l'USPTO.

Le premier de ces brevets concerne une « plateforme de syndication de contenus » permettant de gérer, organiser et récupérer des contenus en provenance d'Internet. Ceux-ci peuvent ensuite être manipulés au travers d'une interface de programmation, qui permet de mettre au point des fonctionnalités comme la création, la lecture, la mise à jour ou la suppression des flux de contenus concernés. Le second évoque quant à lui la façon de gérer des abonnements Web au travers d'un navigateur Internet.

015E000000428069-photo-gestion-rss-internet-explorer-ie-7.jpg
Gestion des flux RSS dans Internet Explorer 7.0


La démarche a déjà suscité de nombreuses réactions sur le Web. Certains estiment que Microsoft n'a aucune légitimité pour accomplir cette démarche, comme Dave Winer, impliqué dans le développement de la technologie RSS. « Tous ceux qui ont contribué de près ou de loin au succès du RSS devrait dénoncer ceci », écrit-il sur son site. D'autres réclament quelques éclaircissements, dans la mesure où Microsoft ne peut pas réellement revendiquer la paternité de la syndication de contenus sur le Web. Tout en rappelant qu'il n'a pas pour habitude de commenter les demandes de brevets, l'éditeur indique qu'il est prêt à écouter toutes les objections, et qu'il accueillera avec bienveillance les preuves d'un éventuel « état de l'art » antérieur à sa démarche.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page