Le Web 3 se penche sur la bulle 2.0

Par
Le 11 décembre 2006
 0

A l'occasion de la conférence LeWeb3, un parterre d'investisseurs représentant des fonds de capital risque s'est penché sur l'hypothétique Bulle 2.0

00424436-photo-leweb3.jpg
A l'occasion de la conférence LeWeb3, un parterre d'investisseurs représentant des fonds de capital risque s'est penché sur l'hypothétique Bulle 2.0

Longtemps limitée à la blogosphère, la conférence LeWeb3 change de dimension cette année en donnant la parole aux investisseurs. Après des interventions sur le user generated content, les communautés ou encore le financement de l'opensource, un parterre réunissant Jeff Clavier (SoftTech), Ouriel OHAYON (Gemini, TechCrunch), Danny Rimer (Index Ventures) ou encore David Hornick (August Capital) s'est penché sur l'existence d'une hypothétique bulle "2.0" dans l'internet.

"J'ai vécu la bulle en l'an 2000 mais ce qui se passe aujourd'hui n'a rien à voir. Les acquisitions de start-up se font sur des valorisations tout à fait raisonnables. Même le rachat de YouTube, qui atteint 1,6 milliards de dollars, s'est fait en actions, et ne représente qu'un peu plus de 1% de la valorisation de Google" a expliqué Ouriel Ohayon.

"Il n'y a peut-être pas de risque financier mais j'observe néanmoins une multiplication de jeunes sociétés, s'appuyant sur les mashups, et proposant sensiblement les mêmes services avec le même business model. Une grande partie auront disparu l'année prochaine" a nuancé Jeff Clavier.

"Je ne pense pas qu'on puisse parler de bulle globale mais il existe parfois une très forte concurrence sur un sujet précis et sur un territoire géographique limité. En France, il existe par exemple beaucoup de "you tube" like et cela rend la concurrence encore plus dure pour ces acteurs" a a ajouté David Hornick.

Malgré les craintes de certains analystes, il n'existerait donc pas de bulle 2.0. Un sentiment d'ailleurs partagé par la salle qui, grâce à un système de sondage fourni par SMS connect, estimait à 55% qu'il n'existait pas de bulle et à 40% que si elle existait, elle serait différente de la précédente. Optimisme 3.0 ?
Modifié le 18/09/2018 à 14h31

Les dernières actualités

scroll top