Open XML : Microsoft obtient la certification ECMA

Par
Le 11 décembre 2006
 0

Dans la bataille qui l'oppose au format OpenDocument, Microsoft vient d'obtenir la certification ECMA pour son propre format Open XML

Dans la bataille qui l'oppose au format OpenDocument, Microsoft vient d'obtenir la certification ECMA pour son propre format Open XML

Un pas de plus vers la normalisation ISO ? Microsoft vient d'obtenir l'approbation de l'Ecma, organisation non officielle de standardisation informatique européenne, au sujet du format de document Open XML, auquel sont enregistrés par défaut les documents bureautiques produits au sein de la suite Office 2007, disponible depuis le 30 novembre pour les entreprises et accessible au grand public dès le 30 janvier prochain. Open XML sera donc soumis à l'ISO (International Organization for Standardization), qui décidera d'en faire ou un non un standard au même titre que son concurrent, l'OpenDocument Format, certifié au mois de mai dernier.

De nombreuses modifications ont été apportées au format de base fourni à l'approbation de l'Ecma par Microsoft, et plus de 6000 pages de documentation ont été produites par le comité TC45, en charge de ce dossier. Seul 17, partisan de l'alternative OpenDocument Format, se serait élevé contre la ratification d'Open XML. "Nous pensons que le standard ISO OpenDocument Format est largement supérieur aux spécifications de l'Open XML. ODF est ce dont le monde a besoin aujourd'hui pour la compétition, l'innovation et des coûts inférieurs pour le consommateur", déclarait ainsi récemment Bob Sutor, vice président d'IBM pour l'open source.

Simple bataille de clocher ? Aujourd'hui, OpenDocument Format et Open XML s'affrontent comme les deux standards en passe de s'imposer dans l'univers de l'entreprise. La certification d'un format permet théoriquement aux professionnels de disposer d'une solution pérenne et interopérable. De nombreuses administrations étudient actuellement l'évolution de leurs systèmes informatiques à la lumière de ces problématiques. En témoigne par exemple la migration récente de certains pans de l'administration française vers la suite bureautique libre et gratuite OpenOffice.org, basée sur l'ODF mais capable de lire et d'enregistrer des documents aux formats Office (excepté 2007).

Des éditeurs comme 111 ou Corel ont pris le parti de se conformer aux deux formats, afin de se positionner comme des alternatives œcuméniques aux solutions Microsoft. Bien que l'éditeur de Redmond prône l'ouverture et l'interopérabilité au moyen d'Open XML, ses nombreux détracteurs estiment qu'il ne cherche qu'à attirer à lui les entreprises et les administrations ayant manifesté leur soutient à ODF, pour conforter son emprise sur le marché de la bureautique.

Parmi les précurseurs, soucieux de l'adoption du format ODF pour garantir l'interopérabilité des documents officiels à leurs administrés, se trouve l'état du Massachusetts. Sa prise de position, sans concession, en faveur des formats ouverts, est pour beaucoup dans la médiatisation de ces questions. Un long article du magazine ComputerWorld, construit à partir des emails échangés entre Microsoft et l'état du Massachusetts, affirmait la semaine que l'éditeur de Redmond a fait subir d'importantes pressions sur les responsables de la question des formats. Et confirmait par là même l'importance des enjeux sous-jacents.

Open XML sera examiné par l'ISO dans les mois à venir.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top