L'UE va affecter 12,7 Md d'euros au secteur TIC

Par
Le 24 novembre 2006
 0

L'UE va soutenir le secteur des technologies de l'information à hauteur de 12,7 milliards d'euros d'ici 2013, dont 9,1 milliards dans le cadre du 7ème PCRD.

L'UE va soutenir le secteur des technologies de l'information à hauteur de 12,7 milliards d'euros d'ici 2013, dont 9,1 milliards dans le cadre du 7ème PCRD.

Jeudi 23 novembre 2006, la Commission européenne a dévoilé les grandes lignes du 7ème programme cadre de recherche et développement ("FP 7" ou PCRD).

Devraient être consacrés au secteur européen des technologies de l'information et de la communication (TIC) 12,7 milliards d'euros d'ici 2013, dont 9,1 milliards dans le cadre du FP 7 et 3,6 milliards par le biais du programme pour l'innovation et la compétitivité (CIP).

Cette augmentation des budgets consacrés à la recherche et au développement technologique (le FP 6 s'élevait à 3,6 Md d'euros sur trois ans) va-t-elle se traduire par de la croissance et par la montée en puissance de l'Europe dans une économie globalisée ?

Officiellement cette action et d'autres, telles que les "initiatives technologiques conjointes" (JTI), sont censées permettre à l'Union de respecter l'agenda de Lisbonne, à savoir : faire de l'UE "l'économie de la connaissance la plus compétitive au monde d'ici à 2010."

Si l'Union européenne ne doit pas baisser les bras avant de les avoir levés, cet objectif paraît inaccessible et pour tout dire illusoire. Dans le hors série de décembre des "Enjeux", Philippe Aghion, économiste, professeur à Harvard (USA), déclare à ce propos :

"A Lisbonne, en 2000, les dirigeants européens se sont fourvoyés, la croissance européenne avait décroché par rapport à celle des Etats-Unis depuis 1995 [...] On a cru que pour donner un coup d'accélérateur, il suffisait d'investir en R&D à la hauteur de ce que dépensaient les Américains. C'est une erreur!" Avant d'ajouter :

"La R&D n'est pas une poudre magique dont on saupoudre une économie en espèrant la faire décoller. Il faut que les structures économiques soient aptes à innover (environnement propice à la création de nouvelles entreprises, dynamisme du capital-risque, marché boursier unifié, passerelles entre les établissements d'enseignement supérieur et l'entreprise, réforme du marché du travail). Or, elles ne le sont pas."

Le FP 7 couvrira de nombreux domaines dont les architectures logicielles, les communications électroniques, la santé et la sécurité. Le programme doit être voté par le Parlement européen le 30 novembre prochain et finalement adopté, le 5 décembre 2006, lors du Conseil des ministres européens.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top