Google prêt à changer la chronologie des médias ?

Par
Le 29 novembre 2006
 0
{PUB|
00374223-photo-logo-google.jpg
}Google n'a visiblement pas peur de « l'exception culturelle » française. Après avoir bousculé le petit monde de l'édition avec Google Book puis celui de la presse avec Google News, le portail américain devrait susciter la polémique parmi les professionnels du cinéma avec la diffusion du film « Automne » sur Google vidéo.

Premier film (en français) du réalisateur (américain) Ra'Up McGee, Automne a été diffusé dans quelques salles aux Etats-Unis en 2005 où il est déjà proposé en vidéo à la demande (3,99$) sur le site américain de Google Video. Mais faute de distributeur en France et en attendant l'arrivée de la solution de paiement Google Purchase en France, son réalisateur a opté pour une stratégie radicale : la diffusion gratuite sur Google vidéo France.

« Nous n'avons pas eu le choix et sans ce partenariat avec Google, je n'aurais jamais pu faire connaître Automne aux spectateurs. Sur le plan financier, je reconnais que le pari est risqué, mais sur le plan artistique, c'est une véritable satisfaction de savoir que plus de 400.000 internautes français ont déjà vu mon film, ne serait-ce que quelques minutes" reconnaît Ra'up MacGee, réalisateur francophile qui a bataillé près de six ans pour produire et réaliser son polar hexagonal ».


Interrogé sur le non-respect de la « chronologie des médias », ce principe qui prévoit qu'un film soit exploité en salle puis en DVD (6 mois), en location/VOD (9 mois) et en enfin en télévision (1 an pour Canal+), Stéphane Lechère, en charge de Google Vidéo France, plaide pour l'échange de bons procédés : « l'ambition de Google vidéo est d'aider les ayant droits à indexer, promouvoir et monétiser leurs contenus audiovisuels. Nous sommes dans une logique de partenariat », explique-t-il.

0190000000408767-photo-google-automn.jpg
Google Autumn


Revendiquant néanmoins le statut de « nouveau canal de distribution du cinéma sur Internet », Google prend délibérément le risque de bousculer non seulement l'industrie française du cinéma, traditionnellement attachée à cette fameuse chronologie des médias, mais également le puissant système des grands studios, qui pourrait voir dans Google une intermédiaire bien embarrassant.
Modifié le 18/09/2018 à 15h07

Les dernières actualités

scroll top