Avec le SMS+, NetSize veut monétiser la NetEconomie

Jérôme Bouteiller
12 juin 2002 à 00h00
0
Spécialiste du mini-message, la société française Netsize entend tirer profit du SMS+ pour monétiser la NetEconomie européenne.

20 ans après le minitel, les industriels des télécoms ont bien compris que le SMS+ allait ouvrir de nouvelles opportunités commerciales. Spécialiste du SMS, ce message court envoyé sur les téléphones mobiles GSM, la société NetSize entend s'affirmer comme l'un des principaux prestataires techniques et commerciaux pour les médias et les entreprises intéressées par ce nouvel environnement.

Forte d'une présence européenne, la société créée par Stanislas CHESNAIS bénéficie d'une position stratégique pour observer les meilleures pratiques issues du SMS+, en particulier en scandinavie, zone où le SMS+, ce SMS surtaxé, a été introduit depuis déjà quelques années. Tourné initiallement vers le transport des SMS vers le réseau des opérateurs GSM, NetSize évolue doucement dans la chaîne de valeur en allant vers les activités de développement et surtout de conseil, à plus haute valeur ajoutée : aide à la réservation de numéro SMS+ à l'échelle européenne, développement de nouveaux services monétisés, en SMS, mais aussi en WAP, Web ou encore télévision interactive, campagnes marketing, etc...

A l'occasion d'un petit déjeuner presse, NetSize a ainsi pu faire découvrir les nouveaux usages du SMS. La monétisation et le numéro court du SMS+ semblent engendrer une profusion de nouveaux business models, infiniment plus profitables que le web.

Outre le téléchargement de jeux, de sonneries, de fonds d'écran ou la consultation de l'horoscope, du trafic ou de la météo, de nombreuses applications voient le jour dans le domaine du divertissement (rencontres, quizz, loteries, votes), du marketing (couponing, fidélisation, vote) et de l'information (sport, news, finance). Ainsi, le jeu Waterwar (waterwar.tv), diffusé sur le câble en Finlande, permet à des "télénautes" de diriger des personnages à l'aide de leur téléphone mobile, via SMS+ -soulevant au passage la question de la fusion entre la télécommande et le téléphone mobile-, ou encore des services communautaires comme le Magicien, reposant sur le marketing viral.

Selon Philippe BORNSTEIN, Directeur de Netsize France, le SMS+ est en train de surpasser l'audiotel et génère beaucoup plus de revenus pour les opérateurs en raison de son côté ludique, anonyme et personnel.

Victime des craintes de l'industrie bancaire de voir le SMS+ supplanter la carte bleue, les opérateurs GSM français ont pour le moment été prudents car le palier maximum est de 0.35 €uros, contre une moyenne de 1.50€ en Europe et même 10 € en Finlance, un tarif idéal pour faire payer une place de cinéma, un ticket de parcmetre sans bouger de son bureau ou tout autre achat du quotidien.

Forts d'un parc de plus de 30 millions de terminaux compatibles pour la France, les opérateurs GSM ouvrent pour le moment timidement leurs portes aux éditeurs en proposant des conditions commerciales adaptées aux structures déjà établies. En attendant des modèles économiques plus profitables, Netsize n'exclue d'ailleurs pas un modèle de partage des coûts (et donc des recettes) avec les éditeurs les moins fortunés pour se lancer dans l'aventure.

L'arrivée de terminaux java, du MMS et du GPRS pourraient enfin démultiplier les opportunités d'affaires pour les éditeurs, même si Netsize doute de l'intérêt à court terme, d'investir dans le MMS en raison du faible nombre de terminaux compatibles et du lent renouvellement du parc.

Avec un CA previsionnel de plus de 40 millions d'euros pour 2002 (contre 6 millions en 2001), 85 employés et 400 clients, la société NetSize entend donc s'imposer dans ce nouvel environnement, créant au passage, entre les fournisseurs d'accès internet et les opérateurs GSM un nouveau métier : opérateur SMS.
Modifié le 18/09/2018 à 14h29
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'adoption de Firefox en chute de 85%
La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
Xbox Series X | S : le module d'extension d'1 To NVMe coûtera 269,99€ en France
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
Annoncée lors du Battery Day, la Tesla Model S Plaid aura jusqu'à 840 km d'autonomie
RTX 3090 : NVIDIA calme les ardeurs des joueurs avant la sortie cet après-midi
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique
scroll top