Les militaires français acceptent de libérer les fréquences Bluetooth

Jérôme Bouteiller
13 juillet 2000 à 00h00
0
Face aux pressions des industriels et des pouvoirs publics, l'armée française a accepté de libérer les fréquences utilisées par la technologie de liaison locale BlueTooth.

Face aux pressions des industriels de la NetEconomie et des pouvoirs publics, l'armée française a accepté de libérer les fréquences 2400 à 2483,5 MHz utilisées par la technologie de liaison locale radio BlueTooth. Cette technologie dénommée "Dent Bleue" en référence à un chef viking, a été impulsée par Ericsson, le géant suédois du téléphone mobile et des télécommunications. Elle permettra dès la fin de l'année de remplacer les fils et autres connexions infra rouge par un système radio à très haut débit, commun à de très nombreux appareils. De la téléphonie mobile aux appareils photos, des ordinateurs à l'électro-ménager, Bluetooth serait donc un système de communication local universel à haut débit. Equipant de très nombreux appareils, cette technologie aurait pu être interdite sur le territoire français si l'armée tricolore avait refusé de libérer ces fréquences, entraînant un imbroglio juridique avec les millions de touristes dont les appareils électroniques auraient pu espionner les communications militaires...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La Model 3 échoue lors d'une démonstration de son système de freinage autonome
L'énergie nucléaire continue de perdre du terrain face au solaire et à l'éolien
RTX 3080 : de nombreux bugs chez les premiers acheteurs de modèles custom (MàJ)
Le code source de Windows XP en fuite sur les réseaux
Orange : un forfait 5G avec data illimitée pour 80 euros par mois pourrait être bientôt lancé
Environnement : Renault vous invite à couper votre moteur devant les écoles
Quand Jean Castex avoue spontanément ne pas avoir téléchargé StopCovid
PlayStation 5 : le gameplay de Demon's Souls montré par Sony ne tournait pas en 4K
Beyond Good & Evil 2 : une enquête lève le voile sur un développement chaotique
scroll top