Union sacrée contre les enchères UMTS.

24 mai 2000 à 00h00
0
Après Martin BOUYGUES pour BouygTel et Jean Marie MESSIER pour SFR, c'est au tour de Gérard MESTRALLET, président du groupe Suez-Lyonnaise de se prononcer contre la procédure de ventes aux enchères pour les licences de téléphonie de troisième génération. "Si la France veut être à la pointe en matière de diffusion de nouvelles technologies, il faut éviter au départ de mettre une barrière d'entrée trop élevée de ce service et éviter de taxer ce que seront des activités futures. [...] Je ne pense pas que les enchères soient la formule la plus appropriée pour développer rapidement ce service en France". [...] Je crois qu'il est naturel que l'Etat prélève une redevance annuelle mais peut-être assise soit sur les résultats soit sur le chiffre d'affaires. Comme ça, si effectivement il y a un grand marché, l'Etat prélèvera d'autant plus", a-t-il dit sur Radio Classique. Concurrent historique de Vivendi, le groupe Suez est de retour dans les médias et les télécommunications et sera candidat, en partenariat avec , à une license UMTS en France. Suez Lyonnaise possède le pôle Noos, spécialisé dans le câble et l'internet, ainsi que des participations dans de nombreux médias dont la chaîne M6. Le groupe devrait être un des acteur clés du numérique hertzien.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Multimania souhaite faire évoluer son image et se concentrer sur le contenu
Les offres de pack internet + téléphone de plus en plus alléchantes
Grandes manoeuvres autour du format du futur livre électronique
Union sacrée contre les enchères UMTS.
Les japonais sont de retour dans la NetEconomie.
Multimania souhaite faire évoluer son image et se concentrer sur le contenu
Les offres de pack internet + téléphone de plus en plus alléchantes
Grandes manoeuvres autour du format du futur livre électronique
Union sacrée contre les enchères UMTS.
Les japonais sont de retour dans la NetEconomie.
Haut de page