Laurent CHAPUIS : Thomson Lyra, un balladeur numérique MP3

Jérôme Bouteiller
23 mars 2000 à 00h00
0
Avec Sony et Philips, fait partie des premiers groupes électronique grand public. En annoncant la sortie d'un balladeur musical capable de lire le MP3, le constructeur français a jeté un pavé dans la marre. D'une part parce qu'il adopte un standar

JB - Monsieur Chappuis, bonjour. En annonçant la sortie du Lyra, Thomson annonce son grand retour dans les NTIC. Pourquoi une si longue absence?

LC - Il ne s'agit pas d'un grand retour dans les NTIC , mais d'une étape clé dans une stratégie audio clairement définie. Le numérique crée de nouvelles opportunités à la croisée de l'informatique, des télécommunications et de l'électronique grand public, la stratégie audio annoncée par THOMSON multimedia en résulte directement.

JB - Votre nouveau balladeur MP3, le Lyra, sera équipé d'un système d'identification exclusif, le SCMS. N'est-ce pas paradoxal compte tenu du fait que c'est précisemment la gratuité du MP3 qui fait son succès?

LC - Nous ne pensons pas que cela soit incompatible. D'abord, le système d'identification est un principe de n° de série apposé sur les cartes amovibles CompactFlash qui servent de support d'enregistrement pour notre lecteur Lyra. Tout type de musique ou fichier MP3 peut-être téléchargé sur ce support. Mais surtout, qui nous semble faire le succès du MP3, ce n'est pas la gratuité mais la qualité d'écoute qu'il permet de restituer, quasi équivalente à celle d'un CD. Et bien évidemment la compression (ratio 10:1) qui permet de véhiculer cette musique de qualité CD en un minimum d'espace mémoire.

JB - Le MP3 a été co-développé par des ingénieurs de THOMSON multimedia et du Fraunhofer Institute. Pensez vous remporter, 20 ans plus tard, le même succès que Philips et Sony avec le CD ?

LC - C'est le marché qui décide du succès d'une technologie. Les capacités de cette technologie laissent présager le rôle majeur du format MP3 dans la révolution de l'audio virtuel qui donne à l'utilisateur final une véritable liberté de choix : celui-ci peut sélectionner la musique, les infos qu'il souhaite écouter, devenant ainsi acteur et non plus uniquement auditeur. Nos annonces récentes prouvent notre confiance dans le MP3 sans que cela ne nous empêche de penser, parce que ce marché est récent, qu'un autre format peut le remplacer dans les 5 années à venir.

JB - Microsoft est dans le capital de TMM. Pourquoi n'avez vous pas développé Lyra à partir de son propre format de compression?

LC - Le partenariat avec Microsoft joue concrètement dans le domaine de la TV interactive, c'est précisément sur ce point que le partenariat a pris son fondement. Il est clair cependant que nous suivons le format MS audio, et d'ailleurs notre produit, qui est évolutif, supportera ce format de compression. De plus, Music Match propose des fichiers compressés au format MP3. Enfin, LE format actuel de fait est le MP3, il est donc logique de proposer un produit compatible ! Le G2 de RealNetworks en est un autre, notre produit est compatible. Encore une fois, dans tout cela, le plus important n'est pas la norme en elle-même (nous savons très bien que tout cela est en pleine mouvance), mais la capacité à offrir, autant que faire se peut, au consommateur un produit qu'il pourra encore utiliser dans un an ou plus.

JB - Pourquoi Diamond a sorti le Rio (balladeur MP3) un an avant vous alors que vous êtes le co-inventeur de cette technologie?

LC - Il est clair que techniquement nous aurions pu mettre sur le marché un baladeur MP3 beaucoup plus tôt. Nous avons préféré développer notre produit après de plus amples discussions avec l' industrie du disque aux USA, en intégrant, autant que faire se peut, les contraintes de sécurisation et d'évolutivité liées à ces nouvelles technologies.

JB - La nouvelle génération d'ordinateurs de poche et de Palm PC semble être concue pour lire le MP3. Cela vous inquiète t'il?

LC - Non, bien au contraire.

JB - Quel est le but de votre partenariat avec MusicMatch, souhaitez-vous contrôler la distribution? Vous deviendrez virtuellement concurrent de la FNAC ou d'Amazon...

LC - MusicMatch Inc. est éditeur de logiciels de gestion de fichiers musicaux principalement. Le partenariat s'opère dans le but de développer des logiciels qui répondent à des préoccupations qui nous sont chères, telles que la facilité d'utilisation par exemple. Music Match nous donne l'opportunité de soutenir et d'étendre le MP3 et nous permet d'envisager le développement commun de nouveaux produits. En résumé, Music Match est leader mondial de la vente de fichiers MP3, nous sommes co-développeurs du format : la logique de ce partenariat apparaît évidente.

JB - L'avènement du MP3 marque le triomphe du support immatériel. Le DVD est-il déjà menacé?

LC - Non, selon nous, les supports immatériels et matériels cohabiteront dans les années avenir. La société Forrester Research qui a fait des études prospectives détaillées dans ce domaine aux US, entrevoit dans un horizon proche (2003) un environnement commercial où par exemple les points de ventes distribueront toujours du support matériel audio et video (CD, DVD...), mais aussi de l'immatériel, pourquoi pas par des "Distributeurs automatiques de musique".

JB - Lyra est équipé du RealJukebox. Mais la technologie de est surtout connue pour la diffusion en ligne (streaming). Cela annonce t'il la prochaine ajonction d'un téléphone mobile dans Lyra?

LC - Ce n'est pas dans cette logique que le choix de RealNetworks s'est opéré. RealNetworks est aujourd'hui incontournable sur internet pour tout ce qui touche à l'audio et à la video. Cette alliance participe à permettre le lancement par THOMSON multimedia d'un produit portant la musique numérique sur le devant de la scène dans le meilleur environnement.

JB - A ce propos, vos deux principaux concurrents, Sony et Philips, se sont lancés sur le marché de la téléphonie mobile. Pourquoi pas vous? Serez vous de retour pour les téléphones de troisième génération?

LC - Nous n'avons pas de projets dans ce domaine

JB - Après avoir lancé des produits comme le MO5 ou le TO9, Thomson a totalement disparu de la scène informatique. Préparez vous votre retour avec des produits comparables à la Playstation de Sony ou encore au WebTouch d'Alcatel?

LC - Le numérique, depuis son avènement dans l'univers électronique grand public, lie THOMSON multimedia au monde informatique. Et THOMSON multimedia est un acteur majeur dans l'univers digital : à titre d'exemples, numéro 1 du marché des décodeurs numériques, nous détenons 30% du marché du DVD aux US pour le 1er trimestre 99.

JB - On annonce la télévision interactive depuis plusieurs années. La chute du prix des PC a t'elle modifié cette axe de dévelopement?

LC - Absolument pas

JB - L'informatique nomade semble promise à un bel avenir. Quand pourra t'on voir des walkman video ou des lunettes-écran estampillées TMM?

LC - Si les produits font sens dans leur utilisation et dans le bénéfice qu'ils apportent à leur utilisateur, rien n'est impossible...

JB - Monsieur Chappuis, Monsieur Maillard, je vous remercie
Entretien réalisé en Juin 1999 par Jérôme Bouteiller
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Allongé et endormi
Microsoft rachète Bethesda Softworks et l'ensemble de ses studios
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
Données personnelles : Facebook menace de retirer ses réseaux sociaux d'Europe !
Airbus dévoile ses trois concepts d'avion à hydrogène, opérationnel d'ici 2035
L'ANFR simule l'exposition aux ondes causée par des antennes 4G et 5G et livre ses résultats
Xbox All Access : les tarifs français officialisés par Microsoft
scroll top