David DERRIDA : "La mission de Palm est d'aller vers le mobile computing"

0
Directeur marketing produit de Palm EMEA, David DERRIDA évoque la stratégie du constructeur pour devenir leader du marché des smartphones...

JB - Leader historique du marché de l'assistant personnel, Palm ne se classe que 4e du marché des smartphones, derrière Nokia, et (Etude Canalys de juillet 2006). Misez vous sur vos nouveaux produits (750, 680) pour retrouver une place sur ce podium ?

DD - 2006 était une année de transition au cours de laquelle Palm a remplacé son Treo 650, lancé il y a plus d'un an, par deux nouveaux smartphones : le Treo 750 sous Windows Mobile et le Treo 680 sous Palm OS. Nous avons ouvert un centre de R&D à Dublin afin de pouvoir répondre de manière plus réactive aux attentes de nos clients et nous pensons que notre nouvelle gamme nous permettra de devenir un leader du marché des smartphones dans les prochains mois.

JB - Quelles sont vos ambitions pour un produit comme le Treo 750 ? Malgré l'absence de Wifi ou de GPS, pensez vous pouvoir en faire un produit leader sur son segment ?

DD - La stratégie de Palm n'a jamais été de lancer des produits multipliant les fonctionnalités et ne répondant qu'aux seules attentes des geeks et autres passionnés d'informatique. Le Treo 750 a été conçu pour répondre en premier lieu à la demande de partenaires opérateurs comme Vodafone et vise une clientèle professionnelle mobile, à la recherche de la meilleure solution pour accéder en mobilité aux e-mails ou aux fichiers bureautiques. Le soutien du groupe Vodafone mais également de Microsoft devraient donner une visibilité maximum au Treo 750 dans les prochaines semaines.

JB - Quelques jours après le 750, vous avez dévoilé le 680, sous Palm OS. Vous comptez faire coexister les deux solutions logicielles ? Pourriez vous également travailler avec Symbian ou linux ?

DD - Le Treo 680 s'adresse en priorité aux 7 millions d'européens qui ont acheté un Tréo, un Zire ou un Tungsten ces 6 dernières années et nous venons d'ailleurs de renouveler notre licence Palm OS jusqu'en 2010. Depuis notre scission avec PalmSource, nous sommes devenus totalement indépendants. Nous proposons depuis peu des smartphones sous Windows Mobiles et nous étudions la nouvelle solution Access Linux Plateform, le successeur de Palm OS.

JB - En dehors du Treo, racheté avec la société Handspring, Palm ne s'est pas lancé sur des marchés comme celui des navigateurs GPS ou celui des baladeurs multimédia. Est-ce un choix délibéré ?

DD - La mission de Palm est d'aller vers le mobile computing, un marché en croissance de 25% par an, en se focalisant sur la gamme Treo. Même si nos produits peuvent lire des fichiers musicaux ou être complétés d'accessoires GPS, nous pensons que la musique ou la géolocalisation sont deux autres segments de marché.

JB - Comme beaucoup de constructeurs américains, Palm a sous traité la fabrication de ses smartphones à des constructeurs taiwanais comme HTC. Avec le recul, cette stratégie "fabless" a t'elle été une erreur ? N'avez vous pas financé la R&D de vos propres futurs concurrents ?

DD - Nous ne regrettons pas d'avoir sous traité la fabrication de nos produits à nos partenaires asiatiques car nous pensons que notre valeur ajoutée ne vient pas du hardware mais de notre capacité à proposer des solutions ergonomiques et faciles d'accès à nos clients. C'est d'ailleurs tout l'esprit du centre de recherche et développement que nous avons ouvert en Irlande, à Dublin, où 70% de nos ingénieurs sont des développeurs logiciels et qui permettent au Treo 750 de se différencier d'autres modèles de constructeurs asiatiques.

JB - David Derrida, je vous remercie.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page