Sondage Ifop : Les éditeurs du P2P sont tenus pour responsables

Par Ariane Beky
le 08 décembre 2005 à 00h00
0

66% des personnes interrogées pour un sondage Ifop estiment les éditeurs du P2P "responsables" de l’utilisation potentiellement illégale de leurs logiciels.

66% des personnes interrogées pour un sondage Ifop estiment les éditeurs du P2P "responsables" de l'utilisation potentiellement illégale de leurs logiciels.

A l'approche de l'examen parlementaire du projet de loi sur "le droit d'auteur et les droits voisins dans la société de l'information", les esprits s'échauffent.

Face à l'offensive de l'Alliance public-artistes "pour une solution légale aux échanges sur Internet", le SNEP dévoile un sondage Ifop défavorable aux éditeurs du P2P.

Les deux-tiers des personnes interrogées estiment que les éditeurs de logiciels peer-to-peer sont responsables de l'utilisation potentiellement illégale de leurs solutions par les internautes (ifop.com).

Autrement dit : les éditeurs du P2P ont leur part de responsabilité dans la diffusion et le téléchargement gratuits, sans autorisation, de musiques et de films protégés par le droit d'auteur.

Par ailleurs, dans le cadre de ce sondage commandé par le Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP), 88% des individus concernés jugent "qu'il serait normal que ces sociétés éditrices soient obligées de prendre des mesures afin de garantir que leurs logiciels permettent de respecter le droit d'auteur."

Est-ce à dire que des mesures techniques, des dispositifs de contrôle et de traçage intégrés aux logiciels seraient la solution ? C'est en tout cas le point de vue du SNEP et de la commission spéciale du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA) concernant la diffusion des œuvres de l'esprit sur Internet.

Le SNEP (disqueenfrance.com) est satisfait. Selon le Syndicat, les travaux du CSPLA "écartent toute perspective d'une 'licence globale' qui légaliserait les échanges illicites de fichiers en P2P."

Or, selon l'Alliance public-artistes (lalliance.org), ces échanges ne seraient plus "illicites", car les internautes ayant opté pour la "licence globale optionnelle" seraient dans l'obligation de verser une rémunération aux ayants droits par le biais des FAI.

Le sondage ifop commandé par le SNEP a été réalisé par téléphone les 24 et 25 novembre 2005 sur un échantillon national "représentatif" de 1004 individus âgés de 15 ans et plus.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises
L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Airbnb veut produire des émissions pour inviter les voyageurs... au voyage
Démonté sur YouTube, le Huawei P30 montre son zoom périscopique
5G : Theresa May ignore les États-Unis et autorise Huawei (partiellement)
Tesla accuse une perte nette de 700 millions dans ses résultats financiers du 1er trimestre
Honor perd un prototype dans un train en Allemagne et offre 5000 € pour son retour
Comparatif 2019 : quel est le meilleur vidéoprojecteur ?
🎯 French Days 2019 : plus que quelques heures avant le Black Friday à la française !
Apex Legends : EA cesse de payer les streamers, les diffusions baissent de 75% sur Twitch
 Ford investit 500 millions dans Rivian : un nouveau véhicule électrique en approche
Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
Microsoft publie d'excellents résultats trimestriels, encore une fois portés par le cloud
Le design des Google Pixel 3a a fuité et surprise... vous n’allez pas être surpris !
Apple : les claviers de MacBook désormais réparés en une journée ouvrée ?
scroll top