Les 100 plus gros éditeurs français de logiciel ne pèsent que 10% de Microsoft...

0
En présence de François Loos et de Bill GATES, co-fondateur de Microsoft, près de 500 personnes se sont réunies pour se pencher sur l'avenir du logiciel

L'industrie française du logiciel sort enfin de l'ombre des SSII. Trois jours après la création officielle de l'Association Française des Editeurs de Logiciel (AFEL), une rencontre organisée à l'iniative de Dassault System, Cegid et Microsoft a réuni près de 500 personnes à Paris.
Inaugurée par François Loos, Ministre délégué à l'industrie, la conférence a donné la parole à Bill Gates, Fondateur et Chief Software Architect de Microsoft ainsi qu'à d'autres personnalités de l'industrie du logiciel telles que Jean-Michel Aulas, Fondateur et Président de Cegid, Bernard Charlès, Président Directeur Général de Dassault Systèmes, Gilles Kahn, Président Directeur Général de l'Inria, Eric Archambeau, Associé, Wellington Partners ou encore Jamal Labed, Fondateur et Président de Staff & Line et nouveau président de l'AFEL.

Comme l'a souligné François Loos, les 100 plus gros éditeurs français de logiciel ne pèsent que 10% du chiffre d'affaires de Microsoft et la France a décidé de prendre quelques mesures pour développer cette industrie à valeur ajoutée qui représente près de 33.000 emplois en France et génère un chiffre d'affaires global de l'ordre de 12 milliards d'euros. Outre "Quaero", un projet de moteur de recherche franco-allemand, le gouvernement entend multiplier les mesures fiscales pour favoriser les jeunes entreprises innovantes et mise sur la coordination de la recherche, avec l'agence française de l'innovation et les nouveaux pôles de compétitivité d'Ile de France et de Bretagne, pour développer une industrie logicielle française trop longtemps restée dans l'ombre des SSII.

Sortant d'un déjeuner avec Nicolas Sarkozy consacré à la lutte contre la criminalité électronique, Bill Gates a également souligné que l'industrie du logiciel était capable de créer des emplois à forte valeur ajoutée et qu'un groupe comme Microsoft tenait à pouvoir travailler avec des acteurs locaux sur chacun de ses marchés dans une logique de partenariat. Microsoft en a d'ailleurs profité pour annoncer le lancement d'un programme d'aides aux jeunes pousses travaillant justement dans le domaine du logiciel.

Quelques mois après le lancement du Truffle 100 lors de Capital IT 12, l'heure semble en tout cas être à la prise de conscience des potentialités du logiciel pour l'économie française. Reste à savoir si, suivant l'exemple de Cegid, de Dassault Systeme mais également de , notre économie est vraiment capable d'accoucher de géants mondiaux comme , Oracle et bien sûr Microsoft.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page