La CNIL dénonce la politique de généralisation des pass Navigo par la RATP

20 décembre 2004 à 00h00
0
La CNIL épingle la RATP pour sa politique de généralisation des pass Navigo surfacturant le maintien de l'anonymat pour ses abonnés

Voyager incognito coûtera plus cher. La commission nationale informatique et liberté a décidé d'épingler la RATP pour sa politique de généralisation des pass Navigo qui devraient systématiquement remplacer la vénérable carte orange fin 2005 dans les transports en commun franciliens.

La CNIL ne reproche pas la généralisation de ces cartes sans-fil mais le fait qu'elles permettent de tracer tous les déplacements de leurs propriétaires grâce à la technologie RFID et que le maintien de l'anonymat sera une option, payante, facturée 5 euros supplémentaires par mois.

Simple autorité morale, la CNIL ne peut pas empêcher le dispositif commercial imaginé par la RATP mais a tout de même envoyé un courrier au Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF), l'autorité organisatrice des transports en région parisienne, pour manifester son mécontentement. Reste à savoir si un aller retour entre Denfert-Rochereau et Auber en passant par Chatelet-Les Halles intéressera Big Brother...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Accident mortel pour les passagers d'une Tesla sans personne au volant
Volkswagen a dévoilé son modèle électrique ID.6 au Salon de Shanghai
Fitbit lancerait un nouveau bracelet connecté « élégant » sobrement nommé Fitbit Luxe
L'Apple Mac mini (2020) dans sa version 256 Go en promotion (-10%)
La pénurie de semi-conducteurs met à l’arrêt les usines de Stellantis (Peugeot/Citroën)
Pour la 6G, Huawei veut repenser le Web afin d'appliquer plus facilement la censure
Euro numérique : le respect de la vie privée est la principale préoccupation des Européens
Tesla règle ses comptes (à l'amiable) avec son ex-employé parti chez Xpeng
Une pénurie de HDD / SSD ? Les cryptos et le proof of space en cause
Le Bitcoin, outil privilégié pour financer des activités criminelles ? C'est faux, d'après un rapport d'un ancien patron de la CIA
Haut de page