Google s'inquiète de la progression des faux clics sur ses publicités

Par
Le 13 décembre 2004
 0

Le directeur financier de Google a qualifié de "grande menace" la multiplication des faux clics au sein des programmes publicitaires AdWords et AdSense

Le directeur financier de Google a qualifié de "grande menace" la multiplication des faux clics au sein des programmes publicitaires AdWords et AdSense

Après les robots spammeurs, voici les robots cliqueurs. A l'occasion d'une conférence de presse organisée par la banque CreditSuisse First Boston, le directeur financier de Google, Georges Reyes, a qualifié de "grande menace pour son business model" la multiplication des faux clics au sein de ses programmes publicitaires.

Leader mondial de la recherche en ligne, Google est en effet devenu un véritable média et commercialise les espaces publicitaires de son moteur de recherche ou de ses blogs à l'aide de programmes publicitaires baptisés AdWords (dans les pages de réponse du moteur) ou AdSense (publicité contextuelle sur des pages web avec contenu). Après une procédure d'enchères pour la définition du prix à attribuer à chaque mot clef, les annonceurs sont facturés à chaque clic généré depuis les pages Google vers leurs propres sites.

Générés par des logiciels spécifiques ou tout simplement avec sa souris, ces faux clics estimés à 20% de l'ensemble des publicités Google auraient pour objectif d'augmenter les revenus des webmasters hébergeant les programmes AdSense ou tout simplement de réduire la performance des programmes publicitaires hébergés directement par Google. En effet, des clics artificiels doivent tout de même être payés par l'annonceur sans pour autant se traduire par une transformation commerciale, réduisant d'autant le retour sur investissement.

Bien que des parades existent en identifiant les taux de clics artificiellement trop élevés ou en limitant le nombre de clics pour chaque adresse IP, Google reste pour le moment relativement silencieux. Reste à espérer que ces dérives ne fragiliseront pas un modèle qui semble enfin capable de monétiser l'ensemble du web, y compris des pages à faible valeur ajoutée, délaissées pendant des années par les annonceurs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

scroll top