Le marché européen des e-communications doit progresser

Par
Le 06 décembre 2004
 0

Le nouveau rapport de Bruxelles sur la mise en œuvre du paquet réglementaire des e-communications couvre, pour la 1ère fois, les 25 Etats membres de l’UE.

Le nouveau rapport de Bruxelles sur la mise en œuvre du paquet réglementaire des e-communications couvre, pour la 1ère fois, les 25 Etats membres de l'UE.

Le 6 décembre 2004, la Commission européenne (http://europa.eu.int/) a présenté un nouveau rapport sur la mise en œuvre du paquet réglementaire des communications électroniques couvrant pour la première fois les 25 Etats membres de l'UE.

En cette fin d'année, l'exécutif européen dresse un bilan mitigé de la situation :

"Des progrès notables ont été accomplis pour mettre en œuvre le paquet réglementaire, mais il reste davantage à faire si l'Europe veut récolter les bénéfices d'une ouverture totale du secteur à la concurrence", a souligné Bruxelles.

Il semble que la perspective de devenir "l'économie basée sur la connaissance la plus dynamique du monde d'ici 2010" soit aléatoire, malgré l'essor des communications mobiles et haut débit (Internet).

Le nouveau rapport de la Commission établit à 30 millions le nombre de lignes à large bande. Par ailleurs, 83% des Européens sont désormais abonnés à la téléphonie mobile. Quant aux réseaux mobiles de troisième génération (3G), ils ont été lancés dans la plupart des Etats membres. L'UE compte désormais 2,6 millions d'abonnés à la 3G.

"Le secteur des e-communications est un facteur de croissance et de prospérité déterminant pour l'économie européenne. Il est donc essentiel qu'une concurrence effective s'exerce dans ce secteur si nous voulons atteindre les objectifs de Lisbonne", a rappelé Viviane REDING, promue commissaire européenne en charge de la société de l'information et des médias.

En outre, malgré les progrès, la Commission craint que, dans certains Etats membres, "les retards et l'inefficacité de son application ne nuisent à la concurrence, l'innovation et l'investissement."

A ce jour, la Belgique, l'Estonie, la Grèce, le Luxembourg et la République tchèque "n'ont pas encore intégralement transposé la réglementation européenne sur les communications électroniques en droit primaire national."

Enfin, "la législation secondaire" doit encore être adoptée dans 8 Etats membres, dont la France.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top