Travelocity lance Odysia.fr à destination des internautes français

Par Jérôme Bouteiller
le 29 novembre 2004 à 00h00
0

Face à Expedia/Voyage-SNCF, LastMinute ou encore Opodo, le géant américain Travelocity lance Odysia.fr, un site de voyages destiné aux internautes français

Face à Expedia/Voyage-SNCF, LastMinute ou encore Opodo, le géant américain Travelocity lance Odysia.fr, un site de voyages destiné aux internautes français

Guerre de poids lourds dans le monde du voyage en ligne. Face à Expedia/Voyage-SNCF, LastMinute ou encore Opodo, le géant américain Travelocity lance Odysia.fr, un nouveau site web de voyages destiné aux internautes français.

Présent aux États-unis et en Europe du Nord, Travelocity change de marque pour séduire l'Europe du sud puisque, après la France, la marque Odysia devrait s'attaquer aux marchés Italiens et Espagnols.

Offrant sensiblement les mêmes performances que ses concurrents, Odysia.fr revendique une interconnexion avec 700 compagnies aériennes et 14.000 hôtels grâce au soutien de sa maison mère, le puissant groupe américain Sabre.

Pour trouver sa place sur le marché français, Odysia.fr devrait également miser sur un réseau de neuf agences de voyages traditionnelles implantées dans de grands villes françaises et sur un centre d'appel, implanté à Nice.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

L'entreprise Ivalua : nouvelle licorne française... ou pas ?
Une version mobile de League of Legends en développement chez Tencent
S'il était banni de Chine, Apple pourrait perdre 30% de ses revenus
Suite aux protestations meurtrières, l’Indonésie ralentit Facebook, Whatsapp et Instagram
Ouya : la console stoppée pour de bon le 25 juin
Free va supprimer une partie de son offre mobile
Alpha Two : des infos dévoilées sur le taxi volant autonome d'Airbus
Jeff Bezos refuse de répondre à la lettre publique pour le climat de ses employés
L'éditeur de Firewatch lance Playdate, sa console de jeux indé de poche
La dégringolade continue : Panasonic aussi lâche Huawei
scroll top