Le CNC se penche sur le cinéma à la demande

29 novembre 2004 à 00h00
0
Face au développement du piratage de films, le CNC a réuni de nombreux professionnels pour accélérer le déploiement d'offres légales de cinéma à la demande

Une toile sur la toile ? Face au développement du piratage de films dans les réseaux peer-to-peer, le centre national de la cinématographie a réuni la semaine dernière à Paris de nombreux professionnels de cette industrie pour accélérer le déploiement d'offres légales de cinéma à la demande.

Mais contrairement à l'industrie musicale, qui mène avec une certaine efficacité la contre offensive, l'industrie cinématographique ne semble pas prendre la mesure du problème. Tout d'abord, il existe relativement peu de services "légaux" de téléchargement de films, en dehors de MovieSystem, une société spécialisée dans ce marché récemment rachetée par Canal +.

Mais le véritable problème de cette industrie semble être la "chronologie des médias", un dispositif obligeant les services de VOD à patienter 9 mois, le temps que les salles de cinéma puis les marchands de DVD aient exploité une œuvre. Ce dispositif, qui cherche à préserver les équilibres économiques sur le marché du film, induit donc un effet pervers en ne permettant pas aux serveurs légaux de rivaliser avec les réseaux P2P qui ne s'embarrassent pas du respect d'une telle chronologie.

Contrairement à l'industrie du disque amenée à réagir suite aux baisses de vente de CD, l'industrie du cinéma profite pour le moment de la manne du DVD sans véritablement prendre la mesure d'une nouvelle donne technologique et de la diffusion rapide des fichiers DivX sur le net. Le réveil risque d'être particulièrement brutal.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les bonnes et mauvaises surprises du Smartphone Tréo 650
Travelocity lance Odysia.fr à destination des internautes français
Brouilleurs GSM dans les salles de spectacle : une légalité en doute
Brouilleurs GSM dans les salles de spectacle : une légalité en doute
Le Axia A108, plus petit PDAPhone sous WinCE du monde
Les bonnes et mauvaises surprises du Smartphone Tréo 650
Travelocity lance Odysia.fr à destination des internautes français
Brouilleurs GSM dans les salles de spectacle : une légalité en doute
Brouilleurs GSM dans les salles de spectacle : une légalité en doute
Le Axia A108, plus petit PDAPhone sous WinCE du monde
Haut de page