Sagem met un réacteur dans ses téléphones

Par Jérôme Bouteiller
le 29 octobre 2004 à 00h00
0

Spécialiste de l'électronique militaire et des télécommunications, le groupe Sagem annonce sa fusion surprise avec le constructeur de moteurs d'avions Snecma

Spécialiste de l'électronique militaire et des télécommunications, le groupe Sagem annonce sa fusion surprise avec le constructeur de moteurs d'avions Snecma

Le conglomérat revient à la mode. Spécialiste de l'électronique militaire et des télécommunications, le groupe français Sagem a annoncé sa fusion surprise avec le constructeur de moteurs d'avions Snecma que beaucoup d'observateurs imaginaient plutôt se rapprocher avec Thalès, la branche militaire de l'ancien groupe .

Partenaire de General Electric au sein de la société CFM, la SNECMA fournit des réacteurs d'avions aussi bien à Airbus qu'à Boeing. La société fabrique également les moteurs d'avions de combat comme le Rafale, des turbines pour hélicoptères, les moteurs cryotechniques Vulcain de la fusée Ariane, des turbines à gaz pour missiles et drones ou encore de la propulsion plasmique pour engins spatiaux.

"Au-delà de valeurs et cultures d'entreprise très voisines, ce rapprochement, sans conséquence négative pour l'emploi des salariés, permettrait aux deux sociétés de dynamiser leur développement grâce à leurs complémentarités technologiques et à un réseau commercial mondial densifié. Ainsi, les compétences techniques de Sagem, notamment dans l'électronique, trouveraient de nouveaux débouchés immédiats chez Snecma tels que l'application aux moteurs et équipements. De même, Snecma apporterait à Sagem l'accès à un réseau international élargi. Le rapprochement a pour ambition de créer un groupe industriel et technologique compétitif à l'échelle mondiale et bien positionné sur des secteurs d'activités très porteurs. L'équilibre et la diversité des métiers, à travers leurs cycles d'exploitation complémentaires, conféreraient en effet au nouvel ensemble une meilleure stabilité financière, une exposition nette au dollar significativement réduite et une capacité renforcée de croissance." expliquent les deux sociétés dans un communiqué commun.

Conglomérat du 21e siècle, la nouvelle société sera en tout cas présente sur les métiers de l'aéronautique et des télécommunications. Reste à savoir si le prochain téléphone mobile Sagem sera capable de faire du vol stationnaire...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top