Jacques Chirac souhaite un "nouveau pacte entre science et citoyens"

Par
Le 20 octobre 2004
 0

A l’occasion du 50ème anniversaire du Centre de recherche nucléaire, labo du web, M. CHIRAC a tenté de séduire chercheurs et partenaires européens.

A l'occasion du 50ème anniversaire du Centre de recherche nucléaire, labo du web, M. CHIRAC a tenté de séduire chercheurs et partenaires européens.

Lors de la cérémonie de clôture des festivités du cinquantenaire du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) le 19 octobre 2004 à Genève, Jacques CHIRAC s'est prononcé en faveur d'un "nouveau pacte entre la science et les citoyens".

"L'investissement dans la recherche est plus qu'une priorité. C'est une condition de la croissance et de l'emploi. C'est une exigence de survie dans la compétition internationale", a déclaré le Président de la République Française.

M. CHIRAC a entendu le malaise de la recherche française : "Pour ce qui concerne la France, j'ai souhaité que le gouvernement propose au parlement une nouvelle loi de programmation et d'orientation de la recherche afin de donner à la recherche française les moyens de cette nouvelle ambition".

La France devrait investir un milliard d'euros supplémentaires dans la recherche en 2005.

Entouré de nombreux "VIP" parmi lesquels Robert AYMAR, Directeur général du CERN, Joseph DEISS, Président de la Confédération Suisse, Juan CARLOS, Roi d'Espagne, le Président CHIRAC a ajouté que "l'effort que la France s'apprête à consentir [...] s'inscrit dans le cadre d'une coopération européenne et internationale".

Avant de préciser : "Il me paraît souhaitable, et cohérent avec l'ambition de l'Europe, devenir l'économie de la connaissance la plus compétitive du monde, de placer dépenses de recherche en dehors des critères du pacte de stabilité et de croissance."

Selon ces critères, les dépenses publiques des pays membres de l'Union européenne doivent être inférieures ou égales à 3% du PIB.

Résolument "pro recherche", Jacques CHIRAC a conclu que l'Europe "doit encourager la constitution de pôles et de réseaux d'excellence, et se doter d'une vision stratégique dans les domaines clefs de la science moderne : recherche biomédicale, intelligence artificielle et robotique, nanotechnologies, modélisation du climat et des écosystèmes, biotechnologies."
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top