Quelques jours après AOL, MSN ouvre à son tour son site antispam

Jérôme Bouteiller
03 décembre 2003 à 00h00
0
Union sacrée contre le spam ! Principal webmail français avec hotmail.com et ses 2.7 millions de clients, le portail MSN, filiale de Microsoft, annonce l'ouverture d'un site dédié à la lutte AntiSpam, quelques jours après celui d'AOL.

L'action de MSN porte d'une part sur une refonte de son webmail, mettant l'accent sur les fonctions antispam avec la dénonciation d'émetteurs suspects par les internautes ou par la mise en ligne de nouveaux filtres personnalisables par l'internaute.

MSN annonce d'autre part l'ouverture du site "halte au spam", un site pédagogique destiné à aider les internautes à se préserver du courrier indésirable. MSN précise bloquer 2.4 milliards de spams par jours, ce qui représenterait près de 50% de l'ensemble de son trafic e-mail.

Comme le souligne Gregory SALINGER, Directeur Général de MSN : « La lutte contre le spam est une des priorités majeures de MSN. En tant que numéro 1 mondial du mail, nous avons pour ambition de proposer à nos utilisateurs les meilleurs outils pour se protéger contre ce fléau et cherchons constamment à innover pour leur proposer de nouvelles parades. »

Une ambition en tout cas partagée par AOL, qui a ouvert il y a tout juste une semaine son propre site contre le spam.
Modifié le 18/09/2018 à 14h14
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
La fin du pétrole ? Pour BP, la demande ne fera que baisser à partir de 2020
scroll top