Vodafone teste la télévision dans ses téléphones japonais

Jérôme Bouteiller
21 octobre 2003 à 00h00
0
Les rêves de convergences semblent enfin se concrétiser. L'opérateur cellulaire nippon Vodafone KK (filiale du groupe ex J-Phone) devrait commercialiser le Nec V601N, premier téléphone japonais embarquant un tuner pour la télévision analogique.

Téléphone de dernière génération, le Nec V601N pourra recevoir des programmes de la télévision japonaise, réaliser des saisies d'écran puis les envoyer par MMS (Dénommé "Sha-Mail" chez Vodafone KK) et pourra même enregistrer de courtes séquences vidéos MPEG-4, dans la limite de 30 secondes.

Nec n'est pas le premier constructeur à lancer ce type de produits puisque Samsung a déjà commercialisé plusieurs téléphones (SCH-X820, SGH-P705, ...) intégrant des tuners analogiques en Corée du Sud. Ces premiers produits restent néanmoins des prototype et le véritable décollage de la télévision mobile devrait se faire à l'occasion du lancement de la télévision numérique terrestre, probablement en 2004 au Japon et en 2005 en France.

Bien que ne s'appuyant pas sur un réseau cellulaire mais sur un réseau hertzien, la télévision pourrait en tout cas générer de nouveaux usages consommateurs de bande passante, synonyme de revenus pour les opérateurs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

StopCovid : voici à quoi ressemble l'application, captures d'écran à l'appui
Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Voiture électrique : un nouveau barème pour le bonus écologique et la prime à la conversion
En attendant le nouvel essai de vol habité de Crew Dragon, regardez le replay du live de mercredi !
Windows 10 mise à jour de mai 2020 : demandez la liste des bug déjà connus !
Windows 10 : la mise à jour de mai arriverait dans la semaine, mais pas en automatique
StopCovid : l'Assemblée nationale adopte officiellement l'application, qui sera disponible dès ce week-end
Tesla va augmenter le prix de son AutoPilot, Elon Musk explique pourquoi
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
scroll top