Donna Dubinsky, Handspring : "Nous évoluons sur un segment où la concurrence est très rude"

Par
Le 19 septembre 2003
 0

A l'occasion du lancement du Treo 600, Donna Dubinsky, fondatrice et directrice de Handspring revient sur les évolutions de sa société et celles de son marché

[W485829 Donna Dubinsky]A l'occasion du lancement du Treo à Londres chez Orange UK, nous avons pu rencontrer Donna Dubinsky, co-fondatrice de Palm et désormais à la tête de Handspring.

JB - Donna Dubinsky, bonjour. En créant Handspring en 1998, comptiez vous lancer des téléphones mobiles ?

DB - Dès la création de Handspring, nous avons affirmé notre volonté de créer des ordinateurs de poche communicants mais nous ne savions pas encore la forme que cette fonctionnalité devait prendre. C'est pour cela que nous avons inventé les springboards, premiers modules d'extension pour ce type de machine, afin d'anticiper les évolutions de ce marché.

Nous avons ainsi proposé des springboard "mémoire", "lecteur mp3", "appareil photo" ou encore "téléphone" et toutes ces fonctionnalités se retrouvent désormais dans le Treo 600, le tout nouveau smartphone que nous lançons en partenariat avec Orange.

JB - Allez vous abandonner définitivement la production d'ordinateurs de poche ?

DB - Oui, Handspring ne peut pas se permettre de rester sur deux segments du marché. Par contre, notre fusion prochaine avec Palm Solution Group dans PalmOne permettra à la nouvelle entité d'être présente aussi bien sur le segment des Smartphones que sur celui des ordinateurs de poche communicants ou des ordinateurs de poche grand public.

JB - Quelle est la philosophie de cette alliance ?

DB - Handspring disposait de moyens insuffisants pour faire face à la révolution des smartphones et Palm recherchait un nouveau relais de croissance. Nos racines commune, notre même attachement à Palm OS et notre grande complémentarité ont donc rendu ce rapprochement presque évident à nos actionnaires.

JB - Qui sont vos concurrents les plus menaçants ? Les spécialistes des télécoms ou ceux de l'informatique ?

DB - Nous évoluons sur un segment de marché où la concurrence va être très vive. Les constructeurs de téléphones disposent de solides relations avec les opérateurs cellulaires tandis que les géants de l'informatique disposent d'une réelle expertise en matière logicielle. Nous sommes également très attentifs à des acteurs spécialisés dans le monde de l'entreprise comme le canadien 52 et son blackberry ou bien évidemment d'autres acteurs comme les géants de l'électronique grand public.

JB - communique sur ses 19.000 applications Palm OS. Mais est-ce vraiment déterminant sur un segment où une dizaine d'applications couvrent 90% des besoins ?

DB - Votre remarque est certainement pertinente pour le marché grand public mais le Treo 600 s'adresse avant tout au marché professionnel. Même si certaines applications ne font pas beaucoup parler d'elles, elles sont souvent déterminantes pour convaincre tel ou tel grand compte de s'équiper de nos terminaux.

JB - Est-ce que PalmOne ne proposera que des machines sous Palm OS ?

DB - PalmSource ne travaille pas exclusivement avec PalmOne et nous nous réservons le droit d'étudier d'autres solutions logicielles pour nos terminaux même si Palm OS nous donne pour le moment entière satisfaction.

JB - Donna Dubinsky, je vous remercie.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top