Intelligence : Arisem porte un regard critique sur le rapport Carayon

Ariane Beky
20 août 2003 à 00h00
0
Dans un communiqué transmis à la presse mardi, la direction de l'éditeur français de solutions de gestion de la connaissance, Arisem, commente le rapport "Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale" transmis début juillet 2003 par le député UMP du Tarn, Bernard CARAYON, à Jean-Pierre RAFFARIN.

Le rapport dresse "un état des lieux" et présente des "recommandations nécessaires à la valorisation de la fonction d'intelligence économique."

Ce document intègre trois thèmes majeurs : l'économie à la française, le retard de la France face aux pays anglo-saxons, les propositions pour mettre le pays à niveau.

Bien que Alain GARNIER, fondateur et directeur technique d'Arisem, "note avec satisfaction que les pouvoirs publics franchissent un nouveau cap dans la prise en compte de l'importance des enjeux de l'intelligence économique (IE)", il regrette que "l'entreprise, devenue une grande consommatrice d'informations, ne tienne pas la place qu'elle mérite , de même que les technologies."

M. GARNIER estime la vision proposée dans le rapport CARAYON "trop orientée sur les pouvoirs publics, la réglementation, l'administration, l'organisation, les moyens humains déjà existants qu'il suffirait d'optimiser."

Il affirme par ailleurs que des organismes publics, tels que les Chambres de Commerce et d'Industrie, "préfèrent se fier au 'label' technologique américain plutôt que de penser à un quelconque 'patriotisme économique' dans leurs investissements informatiques."

Arisem souhaite qu'un plan de soutien tel que celui qui a été récemment mis en place pour l'industrie française du jeu vidéo, soit mis en place dans le domaine de l'IE...

Dans ce domaine, outre Arisem, la France compte parmi ses éditeurs les sociétés Datops, Exalead, Sinequa (outils de recherche, traitement de l'information), Temis (text mining), Kartoo (métamoteur), Mapstan (visualisation et cartographie) Digimind et Knowings (agents intelligents).

Enfin, Alain GARNIER conclut que "l'intelligence économique sans recours aux logiciels de gestion de contenus, de portail, de groupware, sans moteur de recherche, sans filtres, etc. est un leurre. Prendre conscience de l'importance de l'IE sans reconnaître son coût prouve que le chemin à parcourir est encore considérable."
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
La fin du pétrole ? Pour BP, la demande ne fera que baisser à partir de 2020
scroll top