ART : Au 1er août 2003, 83 362 lignes étaient dégroupées

Par
Le 18 août 2003
 0

83 362 lignes étaient dégroupées au 1er août, dont 80 297 partiellement et 3 065 totalement, a signalé l'Autorité de régulation des télécoms lundi.

D'après le tableau de bord du dégroupage rendu public lundi par l'Autorité de régulation des télécommunications (ART), au 1er août 2003 l'accès à la boucle locale par les opérateurs entrants concernait 83 362 lignes, soit plus du double qu'au 1er juin dernier (40 228 lignes).

Selon les chiffres transmis à l'Autorité par France Télécom, le nombre de lignes en dégroupage partiel "progresse à un rythme élevé". En effet, sur plus de 34 millions de lignes téléphoniques fixes, 80 297 étaient partiellement dégroupées au 1er août 2003, contre 37 904 au 1er juin dernier.

En revanche, le nombre de lignes dégroupées totalement progresse bien plus lentement, pour s'établir désormais à 3 065, contre 2 324 lors de la période précédente. A noter : Les lignes dégroupées sont toujours exclusivement réservées à une clientèle d'entreprises.

L'ART estime que ces chiffres traduisent à la fois "la création de nouveaux accès Internet haut débit, et la bascule de certains accès anciennement sous option 5 vers le dégroupage 5 : tarifs intermédiaires IP-ADSL de l'opérateur historique destinés aux fournisseurs d'accès Internet ."

Désormais, plusieurs FAI proposent des offres d'accès à l'Internet haut débit via l'ADSL (asymmetric digital line) basées sur le réseau d'un opérateur "dégroupeur". Par ailleurs, les opérateurs télécoms continuent leur déploiement géographique afin de proposer leurs services au plus grand nombre.

Début août 2003, 198 sites étaient équipés pour le dégroupage, à Paris, en banlieue parisienne et dans les villes de province suivantes : Lille, Nancy, Strasbourg, Dijon, Lyon, Grenoble, Nice, Marseille, Aix en Provence, Montpellier, Toulouse, Bayonne, Bordeaux, Poitiers, Tours, Nantes, Rennes, Caen, Rouen, Orléans.

Ce mouvement se traduit "par le développement de la concurrence sur le marché de détail de l'Internet haut débit, comme sur le marché de gros", conclut l'ART.
Modifié le 18/09/2018 à 14h13

Les dernières actualités

scroll top