Samsung confirme son choix du MemoryStick

Jérôme Bouteiller
07 août 2003 à 00h00
0
On doit pouvoir parler de "coopétition". Tout en s'affichant comme son principal concurrent, le constructeur sud-coréen Samsung confirme son choix du format MemoryStick, inventé et fabriqué par le japonais Sony, pour ses différents terminaux électroniques.

Les deux sociétés viennent en effet de reconduire l'accord conclu en 2001 sur l'usage de ce format de stockage amovible, utilisé sur les Appareils photo numériques, les baladeurs, les PC ou encore les caméscopes. Selon les termes de l'accord, Samsung pourra désormais fabriquer ce type de cartes, dès le troisième trimestre 2003.

Depuis son lancement en 1998, près de 40 millions de produits électroniques compatibles MemoryStick ont été vendus dans le monde. Entre temps, Sony a introduit le "MemoryStick Duo", plus compact, pour les téléphones mobiles, et les "MemoryStick Pro", dont la capacité de stockage -actuellement de 1 Go- peut en théorie atteindre 35 Go !

Le choix de ce format par Samsung est donc un gage de pérennité, dans la compétition qui l'oppose au format SD, retenu quand à lui par d'autres constructeurs comme Palm, HP, Toshiba ou encore Casio.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top