Le salut des spécialistes du décisionnel passe-t-il par l'assimilation ?

05 août 2003 à 00h00
0
Le cabinet d'études IDC (www.idc.com) estime que la marge de manoeuvre des éditeurs et fournisseurs de solutions de BI est de plus en plus limitée ("Opportunities for Pure Play Business Intelligence Software Vendors Lay Ahead" - 30 juillet 2003).

D'après IDC, le marché des solutions de Business Intelligence devrait augmenter de 4,1% l'an, bien moins que de 1999 à 2000, pour atteindre 4,5 milliards de dollars en 2007.

Les raisons de la baisse de croissance sont bien connues : éclatement de la bulle Internet, affaiblissement des valeurs technologiques et des investissements...

De plus, comme d'autres fournisseurs spécialisés, dans le e-mail marketing notamment, les tenants de "l'intelligence d'affaires" ont vu leur secteur être peu à peu envahi par des suites packagées, tout en un / clé en main / bonnes à tout faire.

Pourtant, affirme IDC, les spécialistes de la Business Intelligence ont encore de l'avenir. Le marché reste "en croissance", et des éditeurs tels que Cognos, Teradata et Hyperion ont toujours la cote auprès des grands groupes.

Néanmoins, il est évident que face à la concurrence des vendeurs de progiciels intégrés de gestion (ERP), d'outils de gestion de la relation clients (CRM) et autres suites informatiques, les spécialistes de la BI doivent relever un défi.

IDC estime pour sa part que la reconquête de parts de marché pour "les purs" du décisionnel passe par : la formation de partenariats à long terme avec ces mêmes vendeurs, l'amélioration constante de la flexibilité des solutions de BI, et le lancement de campagnes "plus agressives" pour mieux faire connaître ces produits auprès des investisseurs et des industriels.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Microsoft veut investir dans la R&D
Microsoft signale un nouveau virus
Une tempête sociale s'abat sur l'opérateur Verizon
Nouvelle video du Mitac
Nintendo s'en sort grâce à la Game Boy Advance (GBA)
Microsoft veut investir dans la R&D
Microsoft signale un nouveau virus
Une tempête sociale s'abat sur l'opérateur Verizon
Nouvelle video du Mitac
Nintendo s'en sort grâce à la Game Boy Advance (GBA)
Haut de page