Napster suite : Bertelsmann dépose un recours face aux majors

21 juillet 2003 à 00h00
0
Le groupe allemand des médias Bertelsmann annonce avoir déposé un recours jeudi 17 juillet 2003 devant le tribunal fédéral de New York, et ce afin d'obtenir le rejet des plaintes formulées en mai dernier par Universal Music Group et en juin par EMI Group.

EMI et la filiale de Vivendi Universal estiment que le groupe multimédia allemand a été complice d'infractions aux droits d'auteur en ayant soutenu financièrement le site Internet américain Napster.

En outre, les majors accusent Bertelsmann d'avoir assuré la poursuite de l'activité de cet ex-portail d'échange gratuit de fichiers musicaux un an de plus, en investissant en 2000 plus de 100 millions de dollars dans le service.

Pendant cette année de répit pour Napster, les internautes ont pu "échanger et télécharger illégalement un nombre illimité de morceaux" appartenant aux artistes des maisons EMI et UMG.

Pour ce "préjudice", EMI Group réclame 150 000 dollars pour chaque morceau sous "copyright" partagé par l'intermédiaire de Napster jusqu'à la fermeture de ce service en 2001. Au total les plaignants réclameraient au groupe allemand 17 milliards de dollars de dommages et intérêts.

De son côté, la direction de Bertelsmann estime "infondées" les accusations de ses concurrents, EMI et UMG.

Napster a été fermé il y a deux ans à la suite de procédures judiciaires engagées par les majors et leur représentant, la RIAA (Recording Industry Association of America).

A découvrir en vidéo

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le projet WiFi / Wixos de la RATP connaît des débuts prometteurs
Business Objects rachète Crystal Decisions
Classic Arcade : PacMan (SPVMan) en version 1.0
Patrick MOYNOT, Aremus.com :
Un nouveau processeur pour nos petites machines...
<b>Joyeux Noël</b>
British Telecom doit baisser ses tarifs de gros sur l'Internet illimité
Mobile Internet 2003
Test complet du Mio 8380 de Mitac (en chinois)
L'UE et l'Amérique Latine rêvent d'une société de l'info
Haut de page