La Grande-Bretagne remporte le match de la e-démocratie !

16 juillet 2003 à 00h00
0
Deux jours avant que Jean-Pierre RAFFARIN ne réunisse le CISI (Comité interministériel pour la société de l'information) jeudi dernier, s'est déroulée une nouvelle rencontre du Club e-public à la mairie d'Issy-les-Moulineaux (www.issy.com).

Cette proprette commune des Hauts-de-Seine dirigée par André SANTINI (UDF), est très active en matière d'administration électronique. En accueillant la rencontre spéciale "France / Grande-Bretagne : le match de la e-démocratie", la municipalité a respecté sa vision "globale et transversale" des TIC.

Créé par le journal Profession Politique (www.professionpolitique.info), e-public (www.clubepublic.net) est un club "de réflexion et de partage d'expériences entre tous ceux qui, de par leur position, sont des acteurs ou des observateurs de l'usage des TIC dans le domaine public."

A l'occasion de la rencontre UK/France, Stephen COLEMAN, professeur de démocratie électronique à l'Institut de l'Internet de l'université d'Oxford et conseiller du gouvernement britannique, a confronté l'expérience de son pays à l'expérience française, à travers les témoignages des personnalités présentes à cette occasion.

Etaient présents des chercheurs et des personnalités politiques, dont le maire d'Issy-les-Moulineaux, André SANTINI; Alain GIFFARD, Directeur de la mission interministérielle pour l'accès public à l'Internet (MAPI) ; Pierre de LA COSTE, auteur du rapport "l'Hyper-République", Georges CHATILLON, maître de conférence à l'université de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne.

Au final la Grande-Bretagne a remporté haut la main le match de la démocratie électronique dans tous les domaines étudiés lors de cette rencontre : réduction de la fracture numérique ; intégration de forums citoyens consultatifs dans le travail parlementaire ; visibilité des sites assurant le déploiement de l'administration électronique et la promotion de la e-démocratie.

Auxquels viennent s'ajouter la culture "techno-politique" des parlementaires et des dirigeants, le volontarisme pour introduire le vote électronique, et les projets moteurs réalisés.

Concrètement avec 40% de Français connectés au quotidien au Réseau, la France accuse un retard d'une quinzaine de points sur la Grande-Bretagne. Par ailleurs, le Parlement britannique expérimente des "consultations pré-législatives", grâce auxquelles les citoyens disposent d'un "parlement virtuel", ce qui est loin d'être le cas en France.
Modifié le 18/09/2018 à 14h13
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les organisations pro sur Internet peuvent mieux faire
La FING fait le point sur le télé-enseignement en France
La plate-forme IP d'Alcatel intéresse entreprises et collectivités locales
Bruxelles met Wanadoo à l'amende !
Pocket PC Magazine Awards !
La FING fait le point sur le télé-enseignement en France
Les organisations pro sur Internet peuvent mieux faire
La plate-forme IP d'Alcatel intéresse entreprises et collectivités locales
Bruxelles met Wanadoo à l'amende !
Pocket PC Magazine Awards !
Haut de page