Atos Origin s'envole sur le A380 d’Airbus

Ariane Beky
07 janvier 2003 à 00h00
0

La SSII européenne Atos Origin a signé un partenariat avec Airbus France pour la mise en place de logiciels embarqués sur l’A380.

La société de services en ingénierie informatique a signalé mardi dans un communiqué avoir signé un contrat de trois ans avec Airbus France, entreprise commune d'EADS (European Aeronautic Defence and Space Company) à 80% et de BAE Systems à 20%.

Atos va intégrer le cercle des partenaires stratégiques du constructeur aéronautique européen, cercle travaillant à la mise en place de logiciels embarqués pour l'A380 fleuron des gros-porteurs Airbus, qualifié de "paquebot des airs du 21ème siècle".

Ce partenariat concerne les systèmes d'alarme, de communication et de commandes électriques de vol du programme A380.

Les détails financiers de l'accord Atos/Airbus n'ont pas été communiqués, néanmoins Atos Origin affirme être aujourd'hui "le premier partenaire du programme A380 en termes de volume d'affaires et de diversité de projets".

La SSII a d'ores et déjà été sélectionnée pour collaborer aux projets CMS (design et développement du système central de maintenance de l'A380), FCGU (ordinateur principal en charge des systèmes de commandes électriques) et ATC pour les fonctions de communication air-sol.

Pour Airbus comme pour son concurrent américain Boeing, les choix stratégiques en termes de logiciels embarqués et d'accès à Internet en vol influenceront la demande des compagnies aériennes fragilisées par les attentats du 11 septembre 2001.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top