Hollywood teste timidement la vidéo à la demande sur MovieLink

12 novembre 2002 à 00h00
0
Opération de communication ou véritable projet industriel ...? Les principales majors hollywoodiennes annoncent le lancement de MovieLink.com, un portail de vidéo à la demande réunissant Warner (AOL), Paramount (ViaCom), Universal Studios (Vivendi), Sony Pictures (Sony) et MGM.

Plutôt vide, le portail n'est pour le moment accessible qu'aux internautes nord américain. Ces derniers devront débourser entre 2 et 5 dollars pour consulter l'un des 170 titres actuellement disponible. Toutefois, les majors indiquent que l'offre sera progressivement enrichie si l'opération est un succès.

Effrayées par le piratage et ne souhaitant pas reproduire l'expérience malheureuse de l'industrie musical, MovieLink est donc une timide incursion des grands studios dans le domaine de la vidéo à la demande.

En France, le grand pionnier s'appelle MovieSystem et son offre de cinéma à la demande, baptisée NetCiné, est diponible depuis plus d'un an sur son site, sur le câble avec Noos ou encore depuis peu sur Club Haut débit de Club Internet.

Pas encore tout à fait au point, le cinéma à la demande devrait néanmoins continuer de s'améliorer en profitant du développement du haut débit (câble, ADSL, Satellite), des progrès des codes de compression (WindowsMedia, Real, MPEG-4, QuickTime) et surtout de l'apparition de nouveaux PC hybrides, permettant la diffusion de l'image directement sur l'écran de télévision.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Bruxelles accepte les accords de brevets 3G du 3G3P
Bouygues Telecom dévoile ses nouveaux forfaits GPRS
Bernard RAZAGHI Président du Groupe NET2S, conseil et intégration
Tele2 se sépare de sa licence UMTS norvégienne
Cegetel baisse le tarif de son offre
Bruxelles accepte les accords de brevets 3G du 3G3P
Bouygues Telecom dévoile ses nouveaux forfaits GPRS
Bernard RAZAGHI Président du Groupe NET2S, conseil et intégration
Cegetel baisse le tarif de son offre
Tele2 se sépare de sa licence UMTS norvégienne
Haut de page