Hourtin 2002 : JJ Aillagon donne la priorité à la numérisation du patrimoine

Par
Le 26 août 2002
 0

Inaugurée par Jean-Jacques Aillagon, la 23e université d'été de la communication a ouvert ses portes ce lundi à Hourtin.

Popularisée par l'ancien gouvernement, la 23e Université d'été de la Communication a ouvert ses portes ce lundi à Hourtin, en Gironde, inaugurée par le nouveau ministre de la culture, Jean-Jacques AILLAGON. L'édition 2002 a pour thème les "Futurs" du numérique, du politique, de la mondialisation, des valeurs et du quotidien.

Délégué général de l'Université d'Eté de la Communication, Marcel Desvergne déclare :"Il est temps d'éclaircir notre avenir et de formuler des réponses pour calmer nos angoisses et accepter les évolutions. Les règles implacables du marché, les difficiles régulations des Etats et les réalités des attentats et de l'insécurité forment un cadre contraignant. Nous souhaitons l'analyser à l'aune de la société de l'information. Celle-ci s'appuie sur la mondialisation, s'insère dans la complexité des sociétés et change les liens humains. C'est une chance pour résoudre des pans entiers de notre vie ; c'est une inquiétude pour les disparitions qu'elle engendre. C'est dans ce contexte que nous proposons d'explorer les scénarios de l'avenir en analysant les transformations vécues sous nos yeux. Nous plaçant au centre d'une évolution de quarante années, la 23ème Université d'Eté de la Communication se réfère à trois dates symboliques : 1982 pour présenter des repères, 2002 pour agir au coeur de l'actualité, 2022 pour débattre sur la prospective. Nous espérons pouvoir - un peu - dominer notre futur en percevant les possibilités avant qu'elles ne deviennent évidences."

L'allocution de Jean-Jacques AILLAGON a porté d'une part sur la télévision, sur ses mutations depuis 20 ans et l'arrivée de la TNT, le rôle du service public et son financement et l'adaptation de l'environnement législatif au cadre européen et d'autre part, sur l'internet, dont le Ministre a souligné l'importance du développement pour la France. Ce dernier devrait porter son action sur le développement de Culture.fr, sur la création de sites "dynamiques" (disposant de bases de données) pour les différents organismes culturels français (Théatres, bibliothèques, théâtres etc... ), sur l'ouverture de nouveaux espaces publics d'accès au Net (en particulier dans les bibliothèques), sur la création d'une base de données de projets susceptibles de faire l'objet d'un mécennat et enfin sur la numérisation du patrimoine sur laquelle devraient plancher la BNF et l'INA.

"Je suis tout à fait frappé par le potentiel extraordinaire de la numérisation pour la culture : le travail longtemps confidentiel de l'Inventaire s'est transformé ces dernières années dans la mise à disposition sur le web de dizaines de milliers d'images de notre patrimoine - vitraux, églises, fontaines, demeures - commentées par nos experts. Et ce n'est qu'un exemple. La numérisation est donc fondamentale non seulement pour la conservation de notre patrimoine, mais surtout - et ce sera ma priorité - pour favoriser l'accès à une culture plus vaste pour un plus grand nombre de nos concitoyens. Plus encore, une politique de numérisation ambitieuse nous permettra de rester maîtres de notre patrimoine numérique, en nous assurant notamment que sa diffusion répond à des objectifs d'intérêt général." déclare ainsi le Ministre de la Culture.

Moins ambitieux que Hourtin 1997, où l'ex-premier ministre Lionel JOSPIN s'était déplacé en personne, cette 23e Université d'Eté devrait en tout cas être l'occasion de faire le point sur la "Communication", à l'heure de l'effondrement de certains géants de l'économie numérique.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top