Mozilla est disponible en français

Jérôme Bouteiller
19 août 2002 à 00h00
0
Le logiciel libre parle la langue de Molière. Quelques semaines après la publication de la version finalisée 1.0 de Mozilla, un groupe de développeurs propose déjà une version francophone.

Logiciel libre et gratuit (Mozilla Public Licence), Mozilla est une suite logicielle comprenant un navigateur web, un éditeur HTML et un logiciel de messagerie. Héritière en 1998 du code source de Netscape Communicator, la communauté Mozilla.org a préféré repartir de zéro et propose depuis le 5 juin 2002 une version finalisée et stable de son logiciel.

Pilotée par le projet FrenchMozilla, dirigé par David Bellot, cette traduction est le fruit des efforts d'une vingtaine de personnes et a demandé près de deux ans de travail.

Les travaux de Mozilla.org permettent également à AOL, propriétaire de la marque Netscape, de relancer ce logiciel à destination de ses millions d'abonnés à travers le monde. Toutefois, il sera difficile à Mozilla, malgré ses qualités et son respect scrupuleux des standards du W3C de faire de l'ombre à Microsoft et à son Internet Explorer, désormais en quasi monopole.

En attendant, le dragon symbole de Mozilla devrait rejoindre le pinguin (Linux), l'écureuil (MySQL) ou encore l'éléphant (PHP) et enrichir le bestiaire du logiciel libre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
Clubic évolue (en douceur)
Allongé et endormi
PS5 : des jeux jusqu'à 79,99 €, soit 10 € de plus que sur l'ancienne génération ?!
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED dévoile les configurations PC requises
Microsoft Flight Simulator dévoile son plan de vol pour les futurs développements
Déjà en rupture de stock, les NVIDIA RTX 3080 se vendent à prix d'or sur eBay
La fin du pétrole ? Pour BP, la demande ne fera que baisser à partir de 2020
Xbox All Access : les tarifs français officialisés par Microsoft
L'ANFR simule l'exposition aux ondes causée par des antennes 4G et 5G et livre ses résultats
scroll top