Le langage 3D SCOL pourrait-il devenir open source ?

Par
Le 05 août 2002
 0

Afin de sauver la technologie 3D de Cryo-Networks, société en cours de liquidation, Sylvain HUET, son créateur, envisage de la faire passer en open source.

Vers un nouveau départ dans les mondes virtuels tricolores ? Afin de sauver la technologie 3D de Cryo-Networks, société en cours de liquidation, Sylvain HUET, son créateur, envisage de la faire passer en open source.

A la suite de sa collaboration avec Canal + dans 'Le Deuxième Monde' (1996), premier monde virtuel français, Cryo-Interactive a décidé de se lancer dans les jeux en ligne en créant en 1998 une filiale spécifique - Cryo-Networks- dédiée au développement de jeux basés sur la technologie 3D 'Scol', développée initiallement par Cryo pour le Deuxième Monde. Mais l'intense spéculation autour des valeurs internet ne permettra pas à Cryo-Networks de mener à bien l'aventure et la société est désormais en liquidation.

Dans une lettre ouverte publiée sur le site Web3d-fr, Sylvain HUET (GMS pour les intimes) indique vouloir faire des outils SCOL (logiciel client, logiciel serveur, outil de création) des logiciels libres en optant pour une licence type GPL et créer une association afin d'animer la communauté des développeurs : "Aujourd'hui, les auteurs de la technologie Scol forment le projet suivant : placer la technologie Scol en opensource dans le cadre d'une association 1901, gérée par tous les amateurs et utilisateurs de cette technologie prêts à y consacrer un peu de leur temps. Cette association aurait pour but de développer et promouvoir la technologie Scol. Passer Scol en opensource, c'est la conséquence logique de l'impossibilité de déterminer un business model rentable. La version Scol opensource serait ainsi librement distribuable, et sans limitation du nombre de connexions. Passer Scol en opensource, c'est une double garantie : la garantie que ce à quoi nous avons contribué ne partira pas à la poubelle, mais aussi la garantie que chacun pourra continuer de développer ses activités et ses projets, sans craindre que la technologie sous-jacente disparaisse du jour au lendemain.".

La décision finale revient au liquidateur mais la proposition semble en tout cas avoir ranimé la petite communauté de la 3D tricolore, qui après un certain enthousiasme à la fin des années 90 avait fini par s'éloigner de Cryo-Networks. Le projet initial revient donc au premier plan, à savoir l'étude de la "numérisation du synchrone" ou encore la capaciété de l'homme à "habiter l'image".

"La numérisation de l'asynchrone, c'est à dire principalement la numérisation des documents, a permis de développer toutes sortes d'outils de traitement qui augmentent les possibilités de l'Homme (moteur de recherche, bases de données, tableurs, ...). De même si on parvient à numériser les interactions synchrones, c'est à dire les interactions directes entre les utilisateurs, il sera possible de donner de nouvelles possibilités à l'Homme. C'est la vision du monde virtuel comme prothèse de l'Homme pour accéder à de nouveaux pouvoirs : pouvoir de créer, pouvoir de développer une activité, mais aussi pouvoir de rêver." indique ainsi Sylvain HUET dans sa lettre.

En cas de succès, SCOL ne serait pas la première technologie 3D disponible en logiciel libre mais permettrait certainement au multimédia français d'explorer de nouveaux horizons et pourquoi pas de donner naissance à de nombreux jeux en réseau également libres de droit.
Modifié le 18/09/2018 à 14h11

Les dernières actualités

scroll top