Le W3C veut favoriser la portabilité des signatures électroniques

Par
Le 19 juillet 2002
 0

La spécification «Exclusive XML Canonicalization» (XML canonique exclusif) du W3C doit favoriser la portabilité des signatures électroniques.

Le World Wide Web Consortium (W3C), piloté par l'INRIA en France, l'Université de Keio au Japon, et le MIT Laboratory for Computer Science (MIT LCS) aux Etats-Unis, a été créé pour assurer le développement du Web.

L'organisation vient de publier la recommandation «Exclusive XML Canonicalization» (XML canonique exclusif), une nouvelle spécification XML destinée à favoriser la portabilité des signatures électroniques.

Exclusive XML Canonicalization est liée à la recommandation XML Signature, publiée en février 2002, née d'une collaboration entre le W3C et l'IETF (Internet Engineering Task Force).

Cette recommandation doit rendre «les signatures XML disponibles pour les applications complexes et les services web» afin d'assurer «l'intégrité et l'authenticité de la signature, et la non-répudiation des données contractuelles, listes de prix, manifestes, etc.» Bref : le commerce électronique.

Grâce à la sérialisation d'un fragment XML, le processus de mise en forme canonique est censé supprimer les incidents rencontrés avec certains moteurs XML (changements dans la forme d'un document au cours de son traitement).

La recommandation Exclusive XML Canonicalization complète la gamme des technologies XML notamment : Namespaces in XML, le langage de transformation XSLT 1.0 (Extensible Stylesheet Language Transformations), et XML Path 1.0.

Le groupe d'étude IETF/W3C sur les signatures XML a rassemblé différents acteurs des mondes industriel et académique, et des développeurs indépendants parmi lesquels : Accelio ; Baltimore Technologies ; 17 ; Microsoft ; 140 ; Reuters Health ; 51 ; 114 et l'Université de Waterloo.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top