Opera lance un service de webmail payant

Jérôme Bouteiller
09 juillet 2002 à 00h00
0

L'éditeur norvégien du navigateur internet Opera lance un nouveau service de webmail payant

L'internet payant continue de se développer. Editeur d'un logiciel de navigation, concurrent de Netscape ou d'Internet Explorer mais également d'un service de webmail gratuit, la société Opera Software présente un nouveau service "premium" de webmail.

Le service est facturé 15,99 $ par an et propose des fonctionnalités telles qu'un espace de stockage augmenté, l'usage de POP3, un vérificateur orthographique, des filtres Anti-Spam et bien entendu l'absence de publicités.

"OperaMail Premium offre la plus grande combinaison de services et de fonctionnalités pour une messagerie web, pour un coût moitié mmoindre que celui de nos deux principaux concurrents" Dean Kakridas, VP desktop products.

Tout comme les portails internet MSN avec Hotmail ou avec Yahoo mail, Opera se lance dans un nouveau modèle économique pour des services qui devaient initiallement servir de produits d'appel.
Présent sur de très nombreuses plate-formes (Windows, MacOS, OS/2, BeOS, Linux, Symbian,etc...) avec son logiciel de navigation, Opera Software s'aventure donc sur le terrain de la messagerie. Une orientation qui devrait contrarier Eudora, un autre éditeur de logiciel de messagerie qui était jusqu'à présent partenaire de l'éditeur norvégien.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top