Nouvelle journée noire en bourse pour Alcatel et Vivendi-Universal

Par
Le 03 juillet 2002
 0

Avec des chutes respectives de 16.25% et 21.91%, les cours des actions Alcatel et Vivendi-Universal n'en finissent pas de s'effondrer.

Après un premier krach, en mai 2000, consécutif à l'éclatement de la bulle internet, un second krach en septembre 2001, consécutif aux évènements du 11 septembre, le capitalisme semble connaitre un troisième krach, consécutif aux révélations sur la gestion Enron et faisant planer un doute sur l'ensemble des multinationales.

Premières victimes de ce krach "comptable", les sociétés françaises Alcatel et Vivendi-Universal s'effondrent en bourse avec des chutes respectives de 16.25% et 21.91%, dans un marché globalement déprimé puisque le CAC40 cède 3.01% (à son plus bas histique depuis novembre 1998) et le Nouveau marché 3.13%.

En chute libre de 77,40% en 6 mois, le cours de l'action V-U n'en finit pas de sombrer et le départ de Jean-Marie MESSIER ne semble pas inverser la situation. Selon le quotidien Libération, Jean-Marie MESSIER aurait promis à Barry Diller, propriétaire du réseau d'USA Networks et à John Malone, patron de Liberty Media, des stocks options avec garantie de cours à 60 euros, pour racheter ces deux sociétés. Or l'effondrement à 15 euros de l'action V-U pourrait signifier de nouvelles dépenses si les deux patrons américains décidaient d'exercer ces options.

Egalement en chute libre de 69% depuis le début de l'année, le cours d'Alcatel reflète les craintes des marchés de voir les agences de rating modifier leur note sur l'équipementier français. Si celui ci était qualifié de junk bound ("bons pourris"), Alcatel pourrait voir ses charges financières s'envoler, faute de pouvoir obtenir de bons taux d'intérêt pour financer sa dette.

Après Jean-Marie MESSIER, Serge TCHURUK pourrait bien être invité à quitter la présidence de son groupe, dont la communication financière ne semble pas être le point fort.
Modifié le 18/09/2018 à 14h11

Les dernières actualités

scroll top