L’Observatoire des comportements Internet des PME

Par pulmo
le 17 octobre 2001
 0

Cospirit Research mesure la place du Net dans les PME et TPE françaises et les pratiques internet de leurs dirigeants, pour servir de référence aux acteurs BtoB

Cospirit Research mesure la place du Net dans les PME et TPE françaises et les pratiques internet de leurs dirigeants, pour servir de référence aux acteurs BtoB

Cospirit Research a réalisé une étude auprès de 405 PME autour de l'Internet, et présente des résultats fournis par tranches salariales et par activité industrie, commerces et services.

Ainsi, près de la moitié des PME françaises sont aujourd'hui connectées à la toile. Toutefois, les TPE accusent un fort retard, tandis que les PME de plus de 50 salariés disposent d'un équipement important. La généralisation de l'Internet au sein de l'entreprise reste encore faible et progressive. Sur 100 PME connectées, les 2/3 ont moins de 25 % de leurs salariés connectés.

Wanadoo demeure le fournisseur d'accès leader auprès de 57 % des PME.

94 % des dirigeants de PME connectées disposent d'un accès et utilisent Internet quotidiennement. Longtemps l'outil le plus utilisé, la messagerie arrive désormais en seconde place derrière la recherche et la consultation d'informations en ligne. En effet, les chefs d'entreprise accordent à cette activité un intérêt de plus en plus important. La polyvalence des patrons s'illustre par une large sélection de sites qui couvrent les principales fonctions de l'entreprise (Les Echos, Kompass, , Societe.com, Gouv.com, Urssaf, Coface, Sncf, Microsoft, Le moniteur, HP,...).

L'étude Cospirit Research établit une typologie des PME connectées en fonction de leur maturité Internet et de leur dynamique d'évolution et non en fonction de leur taille.
La forte corrélation entre le profil Internet technologique du dirigeant et la maturité e-business de son entreprise est ainsi mise en évidence. Cette typologie fournit, en outre, des informations concrètes pour mieux cibler cette population diffuse, à fort potentiel.

Selon l'étude, l'intranet a convaincu les PME de plus de 100 salariés, particulièrement dans le secteur des services. 31 % des PME de plus de 200 salariés utilisent Internet pour leur recrutement. Les sites les plus consultés sont l'ANPE, l'APEC, Monster et Stepstone.
23 % des entrepreneurs utilisent Internet pour leurs relations bancaires.

75 % des PME connectées ont un site en ligne ou en cours de développement. Le site de l'entreprise pour les TPE est avant tout un moyen d'accéder à un marché plus large, tandis que le site pour les grosses PME devient aussi un outil leur permettant d'augmenter la valeur ajoutée de l'offre.

Enfin, l'évolution passe par le haut débit : 31% des PME étudiées comptent s'orienter vers un autre type d'accès, en particulier vers l'ADSL.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
L'Etat français déploie sa messagerie Tchap... et on a déjà détecté une grosse faille
[MàJ] Cloud computing : les Lyonnais de Hume détaillent leurs tarifs
Deux plaintes déposées contre Apple, qui aurait menti sur ses performances de ventes
Fnac-Darty lance son Appartement du Futur, un lieu immersif et expérientiel au coeur de Paris
La version gratuite de YouTube Music arrive sur Google Home... avec de la pub
Mediapart révèle que l'ancien dirigeant de l'Ecole 42 aurait trempé dans des malversations financières
scroll top