Vivendi Universal et Warner Music accusés d’entente illégale

0
La Commission Fédérale du Commerce américaine (FTC) accusent les deux majors de s'être entendues sur le prix de ventes des disques et vidéos de trois ténors

La Commission fédérale du Commerce américaine (FTC) a accusé les groupes d'édition musicale Vivendi Universal et Warner Music d'entente sur les prix de vente des disques et vidéos de Trois Ténors.

Concrètement, en 1997, Warner et Polygram (qui a été racheté l'année dernière par Vivendi Universal) ont formé une société à risques partagés pour diffuser les disques et les vidéos de Trois Ténors, un trio réunissant les chanteurs Luciano Pavarotti, Placido Domingo et José Carreras, selon la FTC.

Warner était chargé de diffuser les oeuvres enregistrées en 1998 aux Etats-Unis et Polygram dans le reste du monde. Mais, pour mieux vendre ces produits, les deux groupes se sont entendus pour ne pas faire d'offres promotionnelles sur les enregistrements datant des années précédentes.

Et selon la Commission fédérale du Commerce américaine, ce dernier accord viole la loi fédérale des Etats-Unis.

Mais tandis que la FTC a précisé être arrivée à un accord à l'amiable avec Warner Music, dont le montant n'a pas été précisé et alors que la filiale musicale d'AOL s'est engagée à ne pas conclure d'accord avec ses concurrents visant à fixer les prix ou limiter la publicité, les filiales de Vivendi Universal concernées sont passibles, quant à elles, de poursuites judiciaires. (source : AFP)
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Pertes plus faibles que prévues pour T-Online
Les start-up internet boudées par le capital-risque américain
Le point sur les licenciements aux Etats-Unis
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Pertes plus faibles que prévues pour T-Online
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Les start-up internet boudées par le capital-risque américain
Le point sur les licenciements aux Etats-Unis
Les industriels des télécoms présentent la version 2.0 du protocole WAP
Haut de page