L'IE-Club s'interroge sur l'internet mobile

Par
Le 29 juin 2001
 0

Rassemblé dans les locaux de la CCIP, l'IE-Club s'est interrogé sur l'internet mobile et son impact sur la NetEconomie.

Rassemblé dans les locaux de la CCIP, l'IE-Club s'est interrogé sur l'internet mobile et son impact sur la NetEconomie.

WAP ? UMTS ? GPRS ? Rassemblé dans les prestigieux locaux de l'avenue de Friedland de la Chambre de commerce et d'Industrie de Paris, l'Internet Entrepreneurs Club, dirigé par Maurice KHAWAM, s'est interrogé sur l'internet mobile et son impact sur la NetEconomie.

La rencontre a débuté avec l'exposé d'Alexis KARKLINS, responsable de l'évaluation chez Ernst&Young, dont le message principale est qu'il était visiblement très difficile de valoriser les sociétés du secteur. En quelques minutes, le mot "incertitude" a ainsi été prononcé une bonne cinquantaine de fois...

Visiblement beaucoup plus sûr de lui, Guy LAFARGE, Directeur du marketing et de la communication d'Orange (France Telecom Mobile) a ensuite présenté les perspective du premier opérateur mobile français. Mettant l'accent sur la puissance de sa toute nouvelle marque et sur les résultats de l'opérateur (150 millions de SMS par mois, 850.000 clients actifs pour le WAP), Guy LAFARGE a fait preuve d'optimisme tout en expliquant bien la stratégie d'Orange sur ce secteur. L'opérateur préfère ainsi parler de communication inter-personnelle plutôt que d'internet mobile, cherche à bien faire la différence entre média chaud (alertes, sms type Loft Story) et le système d'information personnel (e-mail, bouquet personnalisé).

Tout comme Vizzavi, Orange.fr devrait jouer un rôle de portail multi support. Guy LAFARGE a ainsi annoncé le lancement de chaînes "Orange Life Style, complétées d'un second niveau d'information k-mode type kiosque minitel, avec reversements pour les éditeurs de contenus et services, bien que Orange semble visiblement donner la priorité au contenu "auto-produit" éventuellement enrichi d'images ou de vidéos.

La soirée a continué avec un débat sur la croissance de l'internet mobile, animé par Thomas BLARD (en grande forme), réunissant des start-up du secteur comme mViva, inFusio, Kiwee, Freever, Aladdino ou encore 31.

Contrairement au web, où les start-up ont pu lancer leurs projets avec une certaine liberté, l'internet mobile ne pourra visiblement pas se faire sans la collaboration "active" des opérateurs cellulaires. Reste à savoir si ces derniers partagent ce sentiment.
Modifié le 18/09/2018 à 14h09

Les dernières actualités

scroll top