Carine KASSIR : OuiRock.com, un portail rock sur internet

30 novembre 2000 à 00h00
0
Audience mondiale, distribution numérique, radio à la carte : le Net est une révolution pour les radios. Directrice générale de OuiRock.com, Carine KASSIR a bien voulu répondre à nos questions au sujet de son portail musical.

JB - Madame Carine KASSIR, bonjour. En quelques mots, pourriez vous vous présenter, ainsi que OuiFM ?


CK - Bonjour. Diplômée d'un MBA de l'INSEAD, j'ai rejoins OuïFM cet été pour monter OuïRock, sa division dédiée aux activités internet. Auparavant, je dirigeais une société de conseil informatique dans les pays du golfe.

OuiFM est une radio parisienne, spécialisée dans la musique rock, filiale du groupe Virgin. Nous avons un taux d'audience de 4.7% sur la région parisienne, ce qui représente 417 000 auditeurs quotidiens. Notre chiffre d'affaires 2000 est d'environ 25 millions de francs.

JB - OuiFM lance OuiRock.com. peut-on vous comparer à une start-up ? quel est votre budget, quels sont vos objectifs ?

CK - Le financement de OuïRock est assuré par Virgin. Néanmoins, l'esprit ou encore l'organisation actuels nous permettent en effet d'être comparés à une start-up. Nos objectifs sont d'atteindre rapidemment une audience de 1 million de pages vues et 150.000 visiteurs mensuels. En terme financiers, nous tablons sur un CA de 5MF en 2001, en esperant que nous ferons probablement jeu égal avec la radio hertzienne dans les années suivantes

JB - Le net vous permet de vous affranchir du système des fréquences locales. Allez vous adopter une nouvelle politique de communication face à une audience francophone désomais mondiale? Comment allez vous séduire les "radionautes" de Marseille, Quebec ou Beyrouth ?

CK - Notre priorité est pour le moment la France. Nous allons prochainement lancer une campagne de communication nationale. Par la suite, nous viserons les autres pays francophones européens et enfin le quebec. Le Liban ou l'Afrique du Nord ne sont pas encore à l'ordre du jour.

JB - OuïRock.com est un véritable portail : informations, radios thématiques, outils communautaires, espace marchand. Comment va se répartir votre CA ?


CK - Il est nécessaire de distinguer deux phases. La phase 1 passe par le développement du premier portail de divertissement rock. Notre chiffre d'affaires sera basé sur la publicité, le sponsoring et le e-commerce. Dans une seconde phase, nous souhaitons faire de OuïRock.com le carrefour du rock pour les auditeurs, mais aussi les musiciens et les professionnels. Nous lancerons dès lors de nouveaux services.

JB - Une radio web, Soundicate.com, a annoncé recemment vouloir adopter un modèle partiellement payant basé sur l'abonnement. Qu'en pensez vous ?


CK - Ce modèle est tout à fait raisonnable. Aujourd'hui, sur le net, les gens ont pris l'habitude de la gratuité totale. Mais si un service à valeur ajoutée est lancé, je pense qu'ils pourront tout à fait accepter de payer. Nous réflechissons d'ailleurs à ce type de fonctionnalité pour un service de radio à la carte ou encore de retransmissionde concerts.

JB - A partir de cet hiver, il sera possible d'écouter la radio en streaming sur des terminaux GPRS. Comptez vous développer une offre spécifique pour cet environnement ?

CK - Tout à fait. Nous discutons actuellement avec certains groupes mais nous ne pouvons encore rien annoncer en la matière.

JB - Aujourd'hui, un internaute un peu bricoleur peut lancer sa propre radio sur le net. En temps que radio "libre", comment appréhendez vous cette nouvelle concurrence ?

CK - Il est certain que le Net constitue un nouvel environnement concurrentiel pour une radio et que de nouvelles "webradios" vont apparaitre. Néanmoins, les auditeurs exigent un certain niveau de professionnalisme, tant sur le plan technique que sur celui de la programmation musicale. Je doute qu'un simple internaute puisse disposer de toutes ces compétences et que son site soit en mesure de séduire sufisemment d'auditeurs pour représenter une réelle concurrence pour OuïRock.com

JB - En tant que distributeur de musique, comment appréhendez vous les rapprochements EMI- Bertelsmann- Napster, Vivendi- Universal ou encore AOL- TimeWarner. Craignez vous une hausse du coût de votre matière première, la musique ?


CK - Ces mariages ont surtout pour objectif de permettre le contrôle de nouveaux canaux de distribution pour des éditeurs traditionnels. La concurrence entre ces groupes devrait éviter toute hausse des prix.

JB - Vous êtres partenaire de france MP3, uen maison de disque virtuelle. comptez vous diffuser de nouveaux talents par ce biais ?

CK - Nous ne serons pas une maison de disque. Par contre, OuïFM gardera sa mission de développeur de nouveaux talents, au travers de leur diffusion sur notre réseau.

JB - Madame KASSIR, je vous remercie.
Entretien réalisé en novembre 2000 par Jérôme BOUTEILLER
Modifié le 18/09/2018 à 14h07
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Sega fournira des jeux pour téléphones à Motorola
Sega fournira des jeux pour téléphones à Motorola
Nouveaux processeurs Cyrix
Logithèque Pocket PC sur Clubic ?
EverQuest : The Scars of Velious en images
Sega fournira des jeux pour téléphones à Motorola
Sega fournira des jeux pour téléphones à Motorola
Une idée de cadeaux pour noël.. des jouets Intel?!
Elsa se lance dans le Bluetooth
Sharp ajoute le MPEG4 vidéo a ses PDA
Haut de page