Philippe GUILLANTON : Yahoo s'ouvre aux haut-débits

Par
Le 30 octobre 2000
 0

En annonçant le lancement d'une offre ADSL en partenariat avec Mangoosta, le portail Yahoo! met le pied dans les haut-débits. Son Directeur Général France et Dir. Ops Europe, Philippe GUILLANTON, a bien voulu commenter la stratégie de la start-up américai

En annonçant le lancement d'une offre ADSL en partenariat avec Mangoosta, le portail 10! met le pied dans les haut-débits. Son Directeur Général France et Dir. Ops Europe, Philippe GUILLANTON, a bien voulu commenter la stratégie de la start-up américai

JB - Monsieur GUILLANTON, bonjour. Vous avez annoncé récemment le lancement de Yahoo ADSL, en partenariat avec Mangoosta. Allez vous en profiter pour lancer un portail dédié aux contenus à haut débit ?

PG - Nous n'avons pas l'intention de développer autre chose que Yahoo!. Nous avons par contre l'intention d'enrichir le Yahoo! tel qu'il existe avec des contenus "multimédia". Ces contenus seront accessible sur nos différentes plates-formes : actualités, sport, finance, e-commerce, etc.. L'avenir d'internet passe par des contenus enrichis. C'est d'ailleurs la raison du rachat de broadcast.com aux Etats-Unis ou d'un accord tel que celui avec mangoosta.

JB - Real a lancé le GoldPass, qui offre un accès payant pour des contenus à valeur ajoutée. Est-ce que c'est un axe de réflexion qui vous intéresse ?

PG - Rien n'est exclu quand on envisage l'avenir de nos modèles. Cela dit, aujourd'hui, nous n'avons pas besoin de faire payer les contenus pour être une société rentable. Néanmoins, il est vrai que les contenus à haut débit sont plus coûteux à diffuser puisque la bande passante est très importante et qu'elle n'est pas gratuite. Fort heureusement, nous avons le modèle publicitaire et le modèle du commerce électronique qui marchant très bien et qui nous permettent de faire ce type d'investissements. Est-ce qu'un jour, la VOD (vidéo on demand) pourra être payante sur Yahoo, nous n'excluons rien mais nous serons très pragmatiques.

JB - Comptez vous faire évoluer Yahoo Messenger, votre logiciel de messagerie instantanée, en outil de téléphonie IP ?

PG - C'est déjà le cas. Nous disposons d'un "Voice Chat" au sein de cette application. vous pouvez aussi le faire dans Yahoo Tchatche. Mais si vous essayez de discuter avec un abonné qui n'est pas sur le même réseau que le vôtre, le résultat n'est pas toujours satisfaisant. En outre, les USA développent une offre de pilotage par la voix pour faire un Yahoo Vocal ce qui constituera une excellente application pour les téléphones.

JB - Lycos/Terra/Spray, AOL/TimeWarner, Vivendi/Universal, les méga opérations mêlant contenus et tuyaux se multiplient. L'accord avec Mangoosta traduit-il une volonté d'indépendance de Yahoo ?

PG - C'est un accord local qui consiste à favoriser l'utilisation de contenus enrichis par nos surfeurs. Je crois que c'est le WSJ Europe qui a fait un article sur yahoo en nous qualifiant de "la Suisse de l'internet". Aujourd'hui, il ne nous parait pas nécessaire de nous allier avec un gros producteur de contenu ou un gros telco, mais nous n'en restons pas moins au carrefour de 3 grands métiers, les médias, les télécommunications et la distribution. Nous avons besoin dans nos effectifs de gens qui soient des professionnels des trois et nous avons besoin de faire des alliances avec des professionnels, sans pour autant éprouver le besoin de nous faire acquérir par certains d'entre eux.

JB - Commercialement, comment allez vous partager les gains avec Mangoosta ?

PG - Nous apportons à mangoosta une marque, une audience et un contenu, parmi les meilleurs sur l'internet français. Pour l'instant, il ne serait pas faux de dire que nous apportons une publicité très forte à mangoosta. Nous touchons une rémunération pour cette publicité.

JB - Monsieur Guillanton, je vous remercie
Entretien réalisé en octobre 2000 par Jérôme BOUTEILLER
Modifié le 18/09/2018 à 14h07

Les dernières actualités

scroll top