Les Américains veulent faire respecter la loi pour les jeux d'argent en ligne.

27 juin 2000 à 00h00
0
Alors que les Casinos en ligne et aux jeux d'argent se multiplient sur le Net, les parlementaires américains ont décidé d'agir vigoureusement afin de faire respecter la loi américaine en la matière.

Avec plus de 700 sites et près d'un milliard de dollars de chiffre d'affaire (selon une étude de RiverCity Group), le marché du jeu d'argent en ligne est un vrai succès aux Etats-Unis. Néanmoins, par le biais de la loi H.R.4419, le législateur américain a récemment décidé d'y mettre fin en interdisant les transferts de fonds avec les internautes. Les Etats-Unis tolèrent les Jeux d'argent dans certains Etats (Las Vegas dans le Nevada, Atlanta en Caroline) mais disposent normallement d'une législation assez rigoureuse en la matière, rendue obsolète par le développement du réseau Internet. Cette mesure légitime mais peut-être inadaptée à la Neteconomie pourrait entraîner l'apparition de véritables casinos électroniques basés sur des points ou des monnaies privées, mais situées à l'autre bout du monde, dans de confortables paradis numériques, héritiers modernes des classiques paradis fiscaux.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Une faille permet de bloquer un compte WhatsApp grâce au numéro de téléphone associé
Fuites de données : Facebook ciblé par une nouvelle enquête en Europe
Que vaut Coinbase, première plateforme crypto à s'être lancée en Bourse ? Notre avis sur l'un des géants du marché
Focus sur IcedID, le cheval de Troie bancaire largement diffusé en France au mois de mars
NVIDIA Broadcast s’invite nativement dans OBS pour faciliter la réduction de bruit en streaming
Les meilleures applications Twitter pour iOS
ProtonCalendar : la bêta désormais ouverte à tous les utilisateurs de ProtonMail
Invasion : votre chronique SF livre un dernier carré héroïque !
Nintendo Indie World : le résumé des annonces
Sites 5G ouverts : Orange et Free toujours très en avance sur leurs concurrents
Haut de page